Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Appel du Parti communiste du Mexique contre la répression dont sont victimes ses dririgeants et militants

Publié le 25 Mars 2015 par Lien-pads in amérique latine

Dimanche 22 mars 2015, le professeur Gustavo Adolfo Ortega, membre du Bureau politique du comité central du Parti communiste du Mexique, et également membre de la commission politique du Front de gauche Révolutionnaire, a été attaqué par trois hommes armés dans un véhicule qui le transportait vers la ville de Oaxaca. Tandis qu’il le battait, les trois agresseurs l’ont informé que c’était là un dernier avertissement. L’agression s’est produite alors que le camarade Gustavo Adolfo Ortega venait de prendre part à la création d’un comité spécialisé pour la défense des journalistes, des droits de l’homme contre les menaces qui pèsent sur le mouvement populaire et social d’Oaxaca. Cette agression est liée aux menaces suivies d’une criminalisation médiatique que nous avons précédemment dénoncée. Nous soulignons que l’intensité de cette criminalisation s’est aggravée au moyen des instruments de communication contre le camarade Gustavo Adolfo Lopez Ortega. Elle s’est manifestée au cours des mois d’Octobre et novembre de la précédente année, en l’identifiant comme un dirigeant d’une expression insurgée, parmi les personnes citées dans une liste transmise à la presse par les services sécurité (CISEN), et la Section II de l’armée. C’était un préambule pour l’activation des mécanismes répressifs. Cette procédure a déjà été utilisée dans le passé par l’Etat mexicain pour favoriser ensuite le meurtre politique. Ce fut le cas du professeur Raymundo Velàzquez Flores, secrétaire général du Parti communiste du Mexique (PCM) qui fut assassiné le 5 août 2013 dans l’Etat de Guerrier, en compagnie d' autres militants communistes. Cela s’est aussi produit pour des compagnons appartenant à d’autres organisations politiques et sociales.

Depuis deux mois nous alertons l’opinion en lui exprimant notre crainte pour l’intégrité de notre camarade tout en responsabilisant le gouvernement fédéral pour tout attentat à l’encontre de notre camarade. L’administration de Enrique Pena Nieto a déjà à son bilan l’assassinat de sept militants du PCM dans les Etats de Guerrier et Oaxaca. Plusieurs ont été menacés chez eux à Tamaulipas, Veracruz et à Mexico. Pena Nieto pense qu’avec la terreur il peut freiner la lutte des classes dans notre pays. Nous exigeons des garanties pour la vie de notre camarade qui a consacré trois décennies à la lute pour l’émancipation de la classe ouvrière et des secteurs populaires, à une intense activité syndicale dans la section XXII de la CNTE et à une importante participation aux travaux de l’assemblée populaire des peuples de Oaxaca. Nous appelons les Partis communistes et ouvriers frères à exprimer leur condamnation de l’Etat mexicain pour ces attentats contre l’activité du PCM, de sa direction et de ses militants. Pour sa part le PCM exprimera sa condamnation au sein des instances du gouvernement fédéral et au sein de plusieurs organismes du pays, de la féroce répression.