Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

L 'accord sur le nucléaire entre l'Iran et les pays 5+1: une déclaration du Parti Tudeh

Publié le 20 Avril 2015 par Lien-pads in Moyen-Orient - nucléaire iranien

Un échec désastreux depuis plus de cinq années d'une politique aventurière et dévastatrice du régime théocratique en Iran 

 

Une éventualité après des semaines de négociations entre les délégations de la République islamique d'Iran et les pays 5+1, le "cadre" de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran a été annoncé dans la nuit du jeudi (2 avril) au cours d'une déclaration de Frederica Mogherini, Haut Représentant de l'Union Européenne pour les Affaires étrangères et la sécurité policière, et Mohammad Javad Zarif, Ministre des affaires étrangères d'Iran. Cette déclaration est le produit pendant  8 jours de la  série des  récentes de négociations entre les délégations d'Iran et les Pays 5+1 ( Etats Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France plus Allemagne) au Beau rivage Palace  Hôtel de Lausanne, en Suisse.

 

Mohammad Javad Zarif (Ministre iranien des affaires étrangères) a qualifié de  grande victoire pour la diplomatie de l'Iran  l'issue des négociations qui selon lui ont été conduites  sous la direction du dirigeant suprême (Ali Khamenei). Toutefois, la "déclaration" publiée par le gouvernement iranien, peut-on dire, ne reflète pas les principaux points de l'accord qui ont été rapportés d'une manière indépendante par le département des Etats Unis et les média internationaux. Basée sur ce qui a été jusqu'ici  rapporté, le régime théocratique d'Iran a accepté les principales demandes des 5+1 qui ont été présentées au cours des dix années passées au sujet de l'enrichissement de l'uranium et des changements de la politique nucléaire iranienne. Aussi, contrairement aux déclarations de Zarif, aucun accord n'a été atteint sur la plus importante question que le dirigeant suprême et l'équipe négociatrice avait souligné comme la dite "ligne rouge" de ces négociations, c'est à dire, le complet abandon des sanctions des Etats Unis et des puissances occidentales, et les sanctions seront abandonnées seulement par phases et seulement après une effective "vérification" de la durabilité de l'Iran envers ses engagements. Mieux encore selon la déclaration du Département d'Etat des Etats Unis, les sanctions US imposées à l'Iran pour le terrorisme, des abus concernant  les droits humains et les missiles balistiques resteront en place suivant le plus récent cours. 

 

Le résultat désastreux de la politique étrangère  du régime théocratique sous la direction et la conduite de Ali Khamenei dans la décade passée a été null. De dangereuses tensions au sein de la région et des sanctions économiques dévastatrices  ont brisé l'arrière de l'économie du pays et ont rendu la vie lourdement  insupportable pour des millions d'Iraniens. Maintenant, il y a même un sérieux intérêt que les droits légitimes de notre nation à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire et une capacité à poursuivre avec une activité scientifique de recherche dans ce domaine qui  aura aussi l'approbation US. 

 

La dite politique des "sanctions bienvenues" qui a été promue et appliquée par Ahmadinejad - le dirigeant suprême installé Président- et un laqué comme Ali Lareijani, tout comme le suivi de la politique de la "flexibilité héroïque" (proclamé par le dirigeant suprême) avec échec ultérieur - nous rappelle la désastreuse  politique qui a été suivie par le régime et son dirigeant Khomeini en prolongeant la guerre catastrophique Iran-Irak pendant huit années et ensuite proclamer "boire le poison de la paix" (forcé d'appliquer le traité sur le cesse-le-feu, la résolution des Nations Unies 598) en Août 1988. 

 

Notre peuple n'a pas oublié qu'au milieu de l'installation de Mahmud Ahmadinejad aux élections de 2005, plus précisément le 10 janvier 2006, c'est à dire après deux années de suspension volontaire de l'enrichissement de l'uranium par l'Iran, le site du complexe de la recherche nucléaire de Natanz a été détruit en présence de l'AIEA et l' "enrichissement expérimental" commença de nouveau sous le "principe de la recherche et du développement". Juste après l'Iran a proclamé qu'elle n'accepterait pas plus longtemps la suspension ( de l'enrichissement) et qu'elle retournerait aux jours avant la suspension. Cela signifie l'application d'une politique dirigée par le dirigeant suprême Ali Larijani - ensuite le chef du Haut conseil de la Sécurité Nationale- et Mahmud Ahmadinejad- ensuite le président installé par le suprême dirigeant. Cette politique a éventuellement a  conduit à soumettre le cas nucléaire iranien de l'AIEA au Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour la ratification et l'imposition des trois résolutions du Conseil de Sécurité contre l'Iran ( Résolution N° 1696 adoptée le 31 juillet 2006, N° 1737 adoptée le 23 décembre 2007, et N° 1747 adoptée le 24 mars 2007). La politique du régime a fait le lit d'une vaste et étendue  dévastation économique et de sanctions financières qui furent imposées par les puissances impérialistes contre notre nation. 

 

Depuis le commencement de la poursuite de ces politiques par le (pouvoir) du régime, le Parti Tudeh d'Iran les a estimées irrationnelles, destructrices et contre les intérêts nationaux de l'Iran, Au coeur de la rhétorique "anti-Américaine" du régime et de ses partisans, notre parti a examiné les conséquences de telles politiques aventurières pour le peuple d'Iran et la souveraineté du pays, qui sont désastreuses. En tant que tel, notre parti a toujours soutenu la résolution des conflits par des négociations et  un soulagement  des dangereuses tensions dans le Moyen-Orient. Ce n'est pas une surprise que de semblables forces bellicistes comme le régime de Netanyahu en Israël le régime marionnette de l'Arabie Saoudite dans la région et aussi les forces bellicistes dans les rangs du régime iranien, y compris un nombre de commandants des Corps de la Garde et des Forces de Sécurité et d'individus comme Shariatmadari le rédacteur en chef du quotidien Kayhan, ont exprimé leur opposition envers toute sorte de négociations et d'accords dans un même concert. 

 

Bien que nous saluons l'approche basée sur des négociations résolues , tenaces et transparentes comme la seule manière afin de résoudre les controverses relatives à la question nucléaire et pour aboutir à un accord acceptable qui protège les intérêts nationaux de l'Iran, notre parti estime que le régime, y compris le gouvernement Rouhani qui,  au lieu de diffuser la propagande et de mentir sur les détails du récent accord, doit au contraire publier tous les détails de cet accord avec une pleine transparence. Le fait qu'il y ait d'importantes disparités entre les deux déclarations publiées par le Département d'Etat US et le gouvernement d'Iran ne peut pas être un signe  d'une portée à long-terme ou d'accords de longue durée. Notre parti estime que de la même manière la lutte de toutes les forces progressistes contre les politiques dévastatrices et aventurières du régime à l'intérieur et sur l'arène internationale a finalement obligé le dirigeant Suprême et son gouvernement en fonction à reculer, d'une manière  similaire ces luttes et pressions doivent continuer et il ne devrait pas être permis au régime d'exploiter des manoeuvres variées pour renouer avec ses politiques dévastatrices et aventurières de la décade passée afin de mettre à la place du risque  l'opportunité d'un développement et d'une croissance économique et technologique pacifique.

 

Le Parti Tudeh d'Iran plaide pour la paix et la détente dans la région, et en même temps, il plaide pour la défense de l'indépendance, la souveraineté nationale et le droit naturel de notre nation à l'autodétermination de sa propre destinée.

 

Le Comité central du Parti Tudeh d'Iran

 

4 Avril 2015