Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

AKEL, Chypre, sur le sombre anniversaire de l'invasion turque de Chypre.

Publié le 23 Juillet 2015 par Lien-pads in Europe - Chypre - 41 années d'occupation et de division

AKEL,Bureau de presse du CC, le 19 juillet 2015 à Nicosie

 

Avec l'achèvement de 41 années depuis la brutale invasion du Attila turc, AKEL condamne dans les termes les plus fermes, les crimes qui ont été commis contre les Chypriotes. Nous condamnons l'invasion et la poursuite de l'occupation, de la colonisation et la destruction de l'héritage culturel cypriote. 

 

L'invasion de la Turquie fut la seconde partie du drame de Chypre, le résultat de la conspiration organisée contre Chypre, qui a été planifiée dans les centres  étrangers de fabrication  des décisions avec  la synergie d'Ankara, sous la conduite et avec l'approbation finale de l'OTAN. Cette conspiration malheureusement a trouvé des exécuteurs obéissants à la fois à Athènes et Chypre. Sans l'action traître de la junte de Grèce, Grivas et EOKA B les forces et puissances étrangères n'auraient pas pu appliquer leur plan pour dissoudre la République de Chypre et abandonner la moitié de Chypre à la Turquie. Ceci est la vérité historique et quand bien même certaines forces et cercles essayent de distordre cette question, cette vérité historique ne peut pas être cachée. 

 

L'invasion turque a apporté la dévastation et a causé la destruction. Par milliers se comptent les morts, les blessés, les victimes accablées par la guerre, les personnes disparues, les personnes enclavées dans les territoires occupées, les personnes sinistrées. Ils mettent en évidence que les problèmes de la crise économique ne réduiront pas l'aide de l'Etat envers eux. Nous sommes au côté des réfugiés dans leur lutte pour assurer leur droit au retour. 

 

41 ans après 1974, nos populations sont encore en première ligne de la lutte pour la libération de l'occupation et pour la réunification de notre patrie. L'objectif est de résoudre le  problème de Chypre aussitôt que possible  avec  une solution qui mettra un terme à l'occupation, à la colonisation et à la dépendance étrangère; une solution qui sauvegardera les droits de l'homme et les libertés fondamentales de tous les Cypriotes et qui posera les fondations de la prospérité et du progrès du peuple de Chypre dans son ensemble dans un environnement pacifique. 

 

Les paramètres de la solution sont basés sur le Droit international, les résolutions des Nations Unies et des accords à un Haut-Niveau. L'évolution de Chypre en une fédération de deux zones  et de deux communautés égales politiquement, comme cela est défini par les résolutions des Nations Unies, qui assureront que la république de Chypre réunifiée continuera à avoir une souveraineté unique et indivisible, une personnalité internationale unique et une  citoyenneté unique. Elle est la seule solution valable. 

 

Ankara  se tient  bien  loin, avec la tolérance de ses alliés. Ensemble  ils  n'ont pas permis  la solution du problème cypriote. L'ascension de Mustafa Aknici à la direction de la communauté turque cypriote constitue un développement encourageant qui nous espérons se traduira  en une véritable  perspective à travers la procédure des discussions qui ont repris. A l'intérieur de ce cadre, notre position à la table de la négociation est un facteur qui peut substantiellement donner lieu à une solution. Le dévouement à tout ce qui été déjà accepté et l'utilisation des convergences Christofias-Talat peuvent protéger la procédure des déviations, mais aussi le mouvement des choses vers une paix plus rapide. 

 

AKEL a prouvé dans la pratique qu'aussi longtemps que la perspective  d'une solution basée sur des principes reste visible, il continuera à contribuer avec créativité et responsabilité à soutenir la procédure en cours, et en même temps de veiller sur les conséquences possibles d'une nouvelle rupture des discussions.

 

Une condition indispensable et préalable pour le succès de notre lutte est l'unité du front intérieur. L'unité doit être basée sur des principes tels que le respect de l'histoire du pays, le développement d'un dialogue égal, le respect entre les forces politiques et les vues différentes. L'unité ne signifie pas l'effacement des différences politiques existantes, en essayant de réaliser une synthèse des vues. AKEL continuera d'oeuvrer pour l'unité dans ce cadre. 

 

En tant que AKEl, nous maintenons  en même temps la politique de rapprochement et nous adressons des saluts militants aux patriotes cypriotes turcs qui, dans des conditions défavorables mènent leur propre lutte ? Nous assurons le peuple, les Cypriotes grecs et les Cypriotes turcs que  AKEL restera un opposant résolu  au nationalisme, au chauvinisme et aux idéologies de l'extrême-droite qui empoisonnent les relations entre les deux communautés.

 

Quarante et une années après l'invasion, l'occupation et la division continuent de blesser le corps de notre pays et à raviver les mémoires de ce noir juillet. Les questions au sujet de la perte injuste de si nombreuses personnes et la destruction de si nombreuses familles restent sans réponse. Cependant, elles sont mises en évidence plus fortement qu'auparavant que les meilleures commémorations envers ceux qui ont péri et les plus importantes promesses à ceux qui viendront  sont données par le déracinement des fils de barbelés de la division; par une patrie libre et réunifiée qui assurera un avenir sans danger et la sécurité pour tous ses citoyens, Cypriotes grecs, Cypriotes turcs, Maronites, Arméniens et Latins. Cela reste encore la vision qui nous guide et qui détermine nos luttes. 

 

(Source : Solidnet - traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)