Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Colombie: Les prisonniers de la guérilla FARC-EP en grève de la faim

Publié le 20 Octobre 2015 par Lien-pads in Amérique Latine : Colombie

( Article des FARC-EP du 15 octobre 2015)

 

Dans une déclaration, les prisonniers politiques et les prisonniers de guerre des FAR-EP et de ELN 'Armée de Libération nationale) annoncent de la prison de la sécurité maximum de Eron Picota à Bogota, qu'avec  plusieurs prisonniers des prisons dans d'autres villes  ils sont entrés en grève de la faim pour une durée indéterminée depuis  le 13 octobre. Dans tout le pays une mobilisation est déclenchée à travers tout le pays pour les soutenir. En Colombie, il y a approximativement 1 500 prisonniers de la guérilla. Il y a également 

12 000 prisonniers politiques dont certains d'entre eux ont été condamnés à 110 années de prison? 

 

Dans un premier communiqué envoyé le 13 octobre, ils demandent que la réconciliation nationale et une paix stable et durable doivent être bénéfiques à tous ceux qui ont souffert d'un traitement inhumain derrière les murs des prisons. Ils demandent de participer au processus de paix et la fin de la répression et de la torture en vigueur dans les prisons, qui est une réalité quotidienne en Colombie. 

 

Quand les autorités carcérales ne sont pas en mesure d'exercer une pression au travers  de moyens mentaux ou en utilisant le facteur temps, elles torturent avec les tactiques du refus de l'accès aux soins et aux traitements médicaux aux malades et aux blessés, selon les prisonniers. Les promesses des directeurs du système carcéral colombien, du Ministre de la Justice et de la santé, pour améliorer les conditions sont une pure hypocrisie, quand rien ne change encore. Pour cette raison, les prisonniers politiques et les prisonniers de guerre demandent leur participation et une nouvelle politique dans la législation criminelle ou dans le système carcéral, tout comme la fin de l'extradition des prisonniers dans d'autres pays. 

 

Le 14 octobre, un second communiqué a été publié, dans lequel les prisonniers affirment qu'ils poursuivent la grève de la faim. Ils demandent leurs droits à une nourriture décente, aux soins médicaux, à de l'eau propre et ils se plaignent du surpeuplement, qui dans certaines prisons atteint plus de 200%.

 

La délégation de la paix des FARC-EP a publié un communiqué sur site internet pour rappeler que la Journée du prisonnier politique est une jour née de lutte, en solidarité avec tous les prisonniers politiques colombiens, emprisonnés à l'intérieur ou à l'extérieur de la Colombie. 

 

(Source : Bulletin FARC-ELP  - Traduction de l'anglais de la rédaction du Lien )