Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Note du Parti communiste de Grèce (KKE) aux participants à la 17 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers

Publié le 29 Octobre 2015 par Lien-pads in 17 ème RIPCO Note KKE

A la veille de l'ouverture de la 17 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers qui se déroule du 30 Octobre au 1er novembre 2015 à Istanbul (Turquie), le Parti communiste de Grèce (KKE), au regard des développements dans son pays, a adressé aux représentants des partis  la note suivante: 

"La Grèce durant les 7 dernières années a fait l'expérience d'une profonde crise économique, quelque chose qui est inhérent au capitalisme lui-même et indépendamment de la façon dont elle est  gérée politiquement. Au cours de toute cette période, toutes sortes de forces politiques ont exercé la gouvernance bourgeoise, libérale, sociale-démocrate, les soit-disantes forces de "gauche"; mais dans chaque exemple le résultat fut toujours la douleur  pour le peuple  mais en faveur des intérêts des grands groupes d'affaires. 

 

Depuis 2008, la Grèce, un pays avec une population de 11 millions de personnes,  a connu une réduction de 25% de son PIB alors que - officiellement le niveau du chômage a dépassé 25%, avec le nombre  le plus élevé de chômeurs  jusqu'à 62,81%  parmi ceux qui ont un âge entre 30 et 54 ans. Les pensions sont réduites de plus en plus chaque année et l'âge de départ à la retraite est en hausse. Sur une large échelle, la santé et l'éducation sont accaparées par des affairistes qui  jouissent de profits énormes. Le pourcentage de la population en Grèce qui vit au dessous du "seuil officiel" de pauvreté est de 36%. Si le nombre de ceux qui reçoivent un tout petit bénéfice social est ajouté ce pourcentage atteint 52,2%. Au même moment les sociétés grecques qui sont à la bourse des valeurs ont annoncé une élévation  à 291% des profits pour les six premiers mois de 2015, alors que le Capital maritime a la 1 ère ou 2 ème place  a un niveau global. 

 

Les sept mois du gouvernement SYRIZA-ANEL  a mené au 3 ème mémorandum avec les institutions impérialistes, qui comprend de nouvelles et rigoureuses mesures anti-populaires et le maintien des précédentes mesures. 

 

Aux élections nationales tenues le 20 septembre, la classe ouvrière et les forces populaires qui dans les années précédentes ont combattu contre les mesures anti-populaires et les mémorandums ont soutenu leur prétendu "plus juste" et plus douce" application. Alors qu'un large  secteur du peuple a choisi l'abstention, qui sur une large échelle exprime le mécontentement envers le système bourgeois, un sentiment d'indignation et de désillusion parmi des secteurs ouvriers et de la jeunesse, mais aussi le compromis et la passivité envers la ligne politique anti-populaire et ses causes. Ce développement fut la contribution précieuse de SYRIZA au système politique bourgeois . SYRIZA, le nouveau style de la social-démocratie et son gouvernement avec les nationalistes de ANEL ont contribué à cela avec l'illusion qu'ils ont créée. 

 

A l'intérieur du rapport négatif  des forces, le recul général du mouvement ouvrier-populaire, dans les conditions de la profonde crise économique capitaliste, le KKE a obtenu 5,55% des votants (au dessus de 5,47%) et a conservé ses 15 membres au parlement.

 

Les autres partis bourgeois comme ND, PASOK, POTAMI qui ont joué le rôle dirigeant en promouvant et en soutenant la ligne politique anti-populaire et qui  maintenant  présentent comme justifiées les mesures anti-populaires passées par le gouvernement SYRIZA-ANEL, justifiées dans leur insistance de l'inévitabilité de l'offensive anti-populaire tracée par les monopoles. Il est également négatif que le criminel Nazi Aube Dorée a créé un niveau d'influence électorale stable, qui entre autre chose est promu par le grand capital et les mécanisme étatiques. La  fraction qui s'est séparée  de SYRIZA (Unité Populaire) a présenté un programme social-démocrate en ciblant sur un retour à la monnaie nationale et n'est pas entré  au parlement. 

 

La nouvelle coalition gouvernementale SYRIZA-ANEL a disposé son étal et continuera sur la route des mesures anti-populaires. De plus, le gouvernement entreprend un rôle actif dans les plans de l'OTAN, avec des manoeuvres  militaires communes  avec les USA et Israël, en utilisant les prétextes au sujet de la "guerre contre le terrorisme" etc.. Dans cette situation explosive au Moyen-Orient, dans le Sud-Est Méditerranéen et en Afrique du Nord, la Grèce a reçu, résultat des guerres impérialistes, des milliers de réfugiés et immigrants  principalement de Syrie. Le KKE a pris une position contre la politique répressive de l'UE, en se mettant au côté des réfugiés, en combattant pour des mesures en faveur de leur santé, leur sécurité et  des facilités de voyager jusqu'à leurs pays de destination. Le KKE lutte aussi pour mettre un terme à l'engagement de notre pays dans les plans impérialistes des USA-UE-OTAN qui créent les " vagues" de l'immigration. 

 

 Dans la prochaine période, le KKE continuera de mener des batailles au sujet des problèmes cruciaux de toute la classe ouvrière, des couches populaires et contribuera avec toute sa force afin que la contre-attaque populaire du mouvement ouvrier soit organisée dans une direction anti-monopoliste anti-capitaliste.  

 

(Source: Site solidnet - traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)