Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Parti communiste de Grèce : L'interminable hypocrisie de la nouvelle sociale-démocratie

Publié le 11 Mars 2016 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

Le Comité central de SYRIZA  s'est réuni dimanche 6 mars. Il a publié le 9 mars sa décision relative à la question des réfugiés. Que dit SYRIZA dans cette décision? Qu'un "vaste mouvement de masse anti-guerre  en Europe a besoin d'être établi", tout comme  est nécessaire la lutte afin de  créer une carte routière pour la paix au Moyen Orient"  en vue de traiter cette question.

 

Ainsi, au même moment où le gouvernement de SYRIZA soutient les plans des fauteurs de guerres de l'UE, où il a fourni aux USA des bases militaires en Crête et dans d'autres territoires de Grèce, où il participe activement dans les plans de l'OTAN, c'est à dire, en  toute chose qui allume  le "fusible" de la guerre impérialiste dans le baril de poudre du Moyen Orient, la direction du parti de "gauche" flâne ici ou là en fumant le "calumet" de la paix.

 

La décision du CC de SYRIZA dit aussi le besoin nécessaire d' "une juste et viable solution du problème palestinien" et que " la Grèce est appelée à y contribuer dans cette direction, avec la reconnaissance de l'Etat de Palestine". Elle dit toutes ces choses au moment où  le gouvernement de SYRIZA a élevé l'Etat d'Israël comme son interlocuteur privilégié et son partenaire stratégique dans la région, en approfondissant  avec lui sa coopération militaire, économique et politique. Elle dit ces choses quand  le gouvernement de SYRIZA planifie de renforcer davantage la coopération militaire avec Israël. Le parti gouvernemental dit ces choses au sujet de la "reconnaissance de l'Etat de Palestine" quand le dirigeant de SYRIZA  et Premier Ministre, A. Tsipras, déclare que ce n'est pas le "moment" maintenant de reconnaître l'Etat Palestinien, malgré la décision pertinente et unanime du parlement grec. 

 

Et alors  que le gouvernement célèbre cela le Premier Ministre se rend à Bruxelles au récent Sommet des dirigeants de l'UE avec une "orientation nationale" après le consentement qui lui a été remis par les dirigeants des partis de droite de ND et ANEL, et également des partis sociaux-démocrates du PASOK et POTAMI, le CC de SYRIZA découvre que la question des réfugiés montre la ligne démarcation entre " le conservatisme et le progrès, la gauche et la droite" et qu'elle ne permet pas un consensus national".....

 

Une Hypocrisie sans aucune limite...