Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Parti communiste de Pologne: Des membres du Parti communiste de Pologne sont condamnés pour la propagation du communisme. Appel du Parti communiste de Pologne pou une solidarité internationale

Publié le 27 Avril 2016 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

Le 25 avril 2016

 

Quatre militants du Parti communiste de Pologne ont été condamnés le 31 mars 2016 par le Tribunal régional de Dabrowa Gomicza pour propagation de l'idéologie communiste dans le quotidien "Brzask" et sur le site internet du Parti. Ils ont été condamnés à 9 mois de  restriction de liberté  assortie de travaux d'intérêt général obligatoire et  gratuit et à des amendes.

 

Ce verdict provocateur a été pris après une procédure sommaire sans la présence de toutes les parties, qui a habituellement cours pour  les infractions, quand la culpabilité de l'accusé est certaine. Le tribunal n'a jamais entrepris une  procédure judiciaire conforme à la norme et a basé son verdict seulement sur une accusation. Les accusés n'ont même pas eu la possibilité de se défendre. Les accusés avaient présenté des objections au jugement  en demandant au tribunal la mise en oeuvre des procédures judiciaires habituelles. 

 

Les militants du PCP ont été accusés pour infraction au paragraphe 1 de l'article 256 du code pénal : "quiconque promeut un système d'Etat fasciste ou  totalitaire  ou  incite à la haine basée sur des différences nationales, ethniques, de race ou de religion ou de manquement   à toute confession religieuse sera l'objet d'une amende, à une peine  de restriction de liberté ou  de privation de liberté  pouvant atteindre  2 ans." 

 

Une tentative préalable  d'amender cet article en  y ajoutant une interdiction des symboles communistes fut accueillie par des protestations à la fois en Pologne et à l'étranger. Le 19 juillet 2011, elle fut dénoncée par la Cour constitutionnelle qui la proclama contraire au  principe de la liberté d'expression. 

 

Les accusations contre les militants du PCP de promouvoir un système totalitaire sont le dernier proche exemple pour associer le communisme au fascisme et pour interdire l'activité communiste. 

 

L'affaire débuta  en 2013, à la suite  une dénonciation effectuée par Bartosz Kownacki, député au parlement du Parti pour le droit et  la justice(PIS). Le procureur refusa de lui donner une suite. Cependant en 2015 les poursuites furent reprises et accélérées après la victoire électorale  remportée par le Parti pour le  droit et  la justice (PIS). Le 31 décembre 2015, le Parquet régional  de Katowice a déféré  l'affaire  au Tribunal régional de Dabrowa Gomicza. L'Acte d'accusation déclarait que les militants  ont promu publiquement un système totalitaire en publiant des articles dans le quotidien Brzask  "directement  liés au système communiste et  au Marxisme-Léninisme, qui dans le contexte de l'expérience historique passée  sont contraires aux valeurs de la démocratie "- alors qu'il s'agit  d' activités  menées par un parti politique légal. 

 

L'affaire revêt aussi une importance dans le contexte de la politisation du Parquet   subordonné au  Ministre de la Justice- Zbigniew Ziobro, membre  du PIS, nommé Procureur général. Le système judiciaire  traite ouvertement    et différemment l'extrémisme de droite. Au même moment où les membres de  la rédaction de "Brzask" sont condamnés, les néo-fascistes de l'ONR (Camp national radical) manifestent librement dans les rues de Blatystok pour la commémoration du 82 ème anniversaire de leur organisation. Durant la manifestation aux couleurs du symbole de la phalange ils ont défilé avec  des flambeaux  en promettant "de supprimer" les ennemis politiques. Ils  se référaient ainsi directement aux méthodes facistes. Malgré cela, les plans du Ministre de la défense sont d' armer les fascistes dans le cadre  de la défense du territoire. Auparavant, le Tribunal de Czestochowa a acquité une personne alors que  des charges  pesaient sur elle pour vente de t-shirts racistes, en n'y voyant aucune violation de l'article 256 du code pénal. Récemment le Ministre de la justice et le Procureur Général ont suspendu une condamnation d'un nationaliste qui avait été puni pour une agression contre un policier. 

 

Le verdict condamnant des communistes polonais a été prononcé  au même moment où, le 1er Avril, le Parlement a adopté  une loi " interdisant   la promotion du communisme" laquelle oblige les autorités locales à changer les noms des rues et des autres objets associés au communisme, ce qui est une atteinte  à la tradition du mouvement des travailleurs. L'institut de la Mémoire nationale a créé un registre et il exige  des autorités locales la liquidation des monuments en l'honneur des soldats soviétiques et d'autres liés au communisme.  La destruction  et la liquidation des monuments et la falsification de l'histoire sont des pratiques courantes du  fascisme. 

 

Le gouvernement et la classe bourgeoise se fourvoient  s'ils pensent que le Parti communiste de Pologne, les communistes de Pologne seront intimidés par cette persécution anti-communiste ou que cette campagne anti-communiste les fera céder. Les mesures contre les communistes vont de pair avec l'escalade de la ligne  politique barbare anti-populaire du gouvernement et de l'UE.  Il est  primordial  que la solidarité avec le Parti communiste de Pologne, qui oeuvre dans des conditions difficiles et le soutien aux communistes réprimés, soient exprimés d'une manière massive et résolue en ce moment. Avec des manifestations auprès des  Ambassades de Pologne dans chaque pays, avec des motions de solidarité etc..

 

Ne touchez pas au Parti communiste de Pologne. La répression anticommuniste doit être résiliée, les lois anticommunistes inacceptables doivent être abrogées. L'anticommunisme et la réécriture de l'histoire ne l'emporteront  pas. 

 

 

(Source- Parti communiste de Pologne- traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)