Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Combattre pour la démocratie, oeuvrer pour la défaite du coup d'Etat, déclare Luciana Santos Président du Parti communiste du Brésil

Publié le 14 Mai 2016 par Lien-pads in 8- INTERNATIONAL - Amériques

Le 12 Mai 2016

 

Dés l'annonce des résultats du vote de destitution du Président Dilma Rousseff, le Président national du Parti communiste du Brésil (PC du B) Luciana Santos a publié une note considérant le renvoi de Dilma de la Présidence comme un acte honteux et outrageant. Elle a déclaré: 

 

" Le 12 Mai 2016 est dégradant pour l'histoire. Il marque  le paysage d'un acte honteux et outrageant. La majorité su Sénat fédéral, déchirant la constitution, a déclaré son approbation de la destitution sans bases légales. Le résultat, Dilma Rousseff, élue avec plus de 54 millions de suffrages, est mise à la porte de son mandat sans avoir commis un crime. Le Sénat brésilien  l'aura jugé. Arbitrairement, il a mis hors de son poste le Président  et il s'est  emparé, pour le détruire, d'un projet pour le pays, un cycle  de développement qui a  réduit substantiellement les inégalités sociales et régionales. 

 

Le Vice-Président Michel Temer, qui s'était joint à la conspiration et qui est devenu l'un de ses dirigeants, entrera au Palais présidentiel par la petite porte, en imposant une réelle "élection indirecte". Il usurpera le siège présidentiel et conduira un gouvernement illégitime. 

 

Devant cette réalité, une nouvelle phase de résistance démocratique et populaire commence, comme un défi impératif : revigorer la mobilisation pour oeuvrer à la défaite du coup d'Etat et au jugement du sénat et s'opposer avec ténacité au gouvernement illégitime de Temer.  Le gouvernement s'est armé d'un programme sauvage néo-libéral, représentant une politique de retour en arrière, de régression des droits et de dégradation de la souveraineté nationale. 

 

De ce 12 mai, avec une démocratie blessée, le pays fera l'expérience d'une période d'une grande incertitude et fera l'expérience d'une situation tendue sans précédent,: la confrontation entre deux politiques et blocs sociaux ayant d'un côté, le Président Dilma Rousseff, détentrice d'un mandat légitime et de l'autre côté un détenteur illégal, le Vice-Président Michel Temer, intronisé par un coup d'Etat. 

 

Tout au long de cette journée réactionnaire, la première femme occupant le poste de Président du Brésil a fait face à beaucoup de haine, d'intolérance et à un préjudice. Face à ces agressions et  à la démocratie menacée, le Président Dilma Rousseff a combattu sans cesse et a montré un courage politique. De cette manière, elle se place elle-même comme une dirigeante de la mobilisation populaire pour préserver la démocratie, mettre en oeuvre la défaite du coup d'Etat et défendre les réalisations de la période des gouvernements de Lula et de Dilma Rousseff. 

 

Malgré la victoire, les auteurs du coup d'Etat ont  laissé tomber les masques et ils accumulent des pertes à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Depuis l'infâme session de la Chambre des Représentants du 17 avril, à travers les débats et les votes qui sont survenus au Sénat , le processus de destitution révélera exactement ce qu'est la face contemporaine des anciens coups d'Etat dont a été victime la démocratie dans notre pays. 

 

Les contradictions impliquant la collusion qui soutient Temer, l'illégitimité et la faiblesse de son gouvernement, des mesures anti-populaires et anti-nationales qu'il adoptera, la bataille décisive qu'il  subira de la part  des forces démocratiques et populaires  peut produire une impasse avec des conséquences sérieuses. Tout ceci peut amener un groupe de sénateurs à conclure qu'il n'y a pas de solution en dehors de la démocratie. 

 

C'est pourquoi, le PC du Brésil réitère la proposition d'un référendum sur des élections présidentielles directes. Nous sommes convaincus que les Brésiliens - du sommet de la souveraineté- doivent décider quelle est la meilleure manière pour le pays de dépasser la crise et de restaurer la démocratie. 

 

Cette bataille pour un  plébiscite augmente la possibilité de conquérir les suffrages nécessaires pour l'acquittement du Président  Dilma Rousseff  parce qu'elle discute avec un groupe de sénateurs qui défendent la proposition de l'anticipation des élections présidentielles qui va de plus à la  rencontre d'une  forte volonté populaire. Le drapeau du plébiscite offre une perspective, une nouvelle énergie pour une résistance démocratique et populaire pour faire face au gouvernement illégitime de Temer. 

 

Les forces démocratiques et populaires, les institutions qui soutiennent la démocratie, tels les universitaires, les juristes, les procureurs, les intellectuels, les artistes etc. Nous tous avons un défi, dés maintenant, celui de renforcer la mobilisation de notre peuple et de larges secteurs de la société pour mettre à terre le coup d'Etat du Sénat Fédéral. 

 

Faisons face fermement aux défis de la nouvelle phase de la lutte contre le coup d'Etat , amplifions nos forces, embrassons avec enthousiasme l'objectif du Front populaire du Brésil, le Front populaire intrépide et multiplions les actes démocratiques pour soulever le peuple, les ouvriers et les larges secteurs progressistes afin que la démocratie soit enfin victorieuse!

 

Brasilia, 12 mai 2016

 

MP. Luciana Santos

 

Président national du Parti communiste du Brésil 

 

(Source : Solidnet - traduction de l'anglais de la rédaction du Lien)