Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Parti Tudeh d'Iran: Déclaration sur le coup d'Etat en Turquie

Publié le 23 Juillet 2016 par Lien-pads in 7- INTERNATIONAL - Moyen Orient

Les opérations aventureuses de la nuit du vendredi 15 juillet, de la part des forces armées turques dans une tentative d'organiser un coup d'Etat contre le gouvernement du Parti de la Justice et du Développement (AKP) et leurs répliques au cours des trois derniers jours ont conduit le pays à une situation critique et dangereuse. Alors que les dirigeants du coup d'Etat avaient annoncé, dans leurs déclarations initiales de Vendredi, qu'ils avaient pris le pouvoir et que le gouvernement islamiste dirigé par Recep Tayyip Erdogan,  président de la Turquie, avait été renversé, les comptes-rendus ultérieurs des médias au cours des heures qui suivirent indiquaient la défaite du coup d'Etat et le retour au pouvoir du gouvernement de l'AKP. 

 

Selon les comptes-rendus des média, le résultat du coup d'Etat tenté et du  contre-coup d'Etat des forces islamistes fut, 265 personnes tuées, un grand nombre de blessés, et plusieurs milliers ont été arrêtés et emprisonnés. Bien que des informations disponibles sont encore incomplètes et contradictoires  au sujet des organisateurs du coup d'Etat et de leurs intentions- et tandis que les actions du gouvernement réactionnaire de Erdogan après le coup d'Etat ont suscité de nombreuses interrogations au sujet du coup d'Etat- ce qui est certain et indubitable est que durant le coup d'Etat il y a eu  le bombardement de certaines cibles stratégiques, tel que le bâtiment du Parlement à Ankara.  Nombreux sont ceux qui ont perdu leurs vies ou qui ont été blessés. Il doit être aussi  souligné que durant les premiers heures de la matinée de samedi (le jour suivant après le coup d'Etat) les forces loyales à Erdogan ont déclenché une vague d'intimidation et de terreur contre les unités militaires de l'armée qui avaient participé au coup d'Etat. Des foules islamistes portant des armes à feu, des couteaux, des machettes et des massues ont répondu aux appels des mosquées et ont occupé les rues pour tabasser de jeunes soldats du contingent qui, apeurés et stupéfaits, avaient déjà abandonné leurs armes et enlevés leurs uniformes pour se rendre. Ceci fut une claire indication du tournant pro-fasciste et violent des soutiens de l'AKP. Des scènes traumatisantes eurent lieu  au cours desquelles des jeunes soldats apeurés et criant qui se rendaient étaient attaqués avec des machettes, tabassés et poignardés - et il y a eu au moins une décapitation-. Ces scènes ont scandalisé et soulevé la répugnation  l'opinion publique mondiale, qui a condamné légitimement de tels actes barbares. 

 

Après avoir repris le pouvoir, Erdogan a hâtivement commencé une vaste purge dans le système militaire, policier et judiciaire, a relevé de leurs postes de nombreux opposants, ou les a arrêtés et  emprisonnés. Un jour après la défaite du coup d'Etat, le Président autocrate de la Turquie a appelé d'une manière flagrante cette défaite et la situation qui a suivi un "don de dieu". Les conservateurs des mosquées et des centres islamiques dans les grandes villes de Turquie, y compris Ankara, Istanbul, et Izmir, ont pratiquement pris le contrôle du pouvoir et en effet ils dirigent le pays. Plusieurs comptes-rendus ont évoqué a la disparition de personnages politiques  qui s'opposent au régime actuel. Plusieurs gouverneurs de régions à travers le pays ont été virés et le gouvernement a interdit de voyager à l'étranger  à près de 3 millions d'employés des services publics, jusqu'à ce qu'on enquête sur leurs liens avec les auteurs du coup d'Etat.

 

Un déferlement de critiques internationales a émergé au  cours des deux derniers jours, sur l'atmosphère de vengeance qui a saisi la nation, et sur la répression accentuée des forces d'opposition en Turquie par le gouvernement dirigeant islamiste. Nombreux sont ceux qui estiment que l'échec du coup d'Etat d'une partie des forces armées est exploité comme un prétexte pour accélérer davantage l'islamisation des structures du pouvoir et pour faire progresser le plan de créer une "République Islamique de Turquie" par les islamistes de l'AKP. 

 

Les forces progressistes en Turquie, alors qu'elles s'opposent fermement aux politiques du gouvernement islamiste de l'AKP, condamnent avec ambiguïté le coup d'Etat d'une partie des forces armées. Elles ont  justement déclaré que la prise du pouvoir par les forces armées de Turquie au moyen d'un coup d'Etat  ont endommagé en fait la démocratie et les règles du droit davantage qu'auparavant, que la tension et la situation très compliquée dans le Moyen Orient, pourrait conduire la nation vers davantage de troubles et d'instabilité politique. 

 

Dans sa première déclaration sur le coup d'Etat qui a été publié samedi 16 juillet - au lendemain du coup d'Etat - le Parti communiste, Turquie (TKP) a condamné catégoriquement le coup d'Etat échoué des généraux des forces armées et en même temps il a critiqué fermement les actions et le passé du gouvernement islamiste de l'AKP. Dans leurs déclarations, les communistes turcs ont appelé les avocats de la paix, de la démocratie , et de la justice autour du monde de garder à l'esprit  que " c'est un mensonge que dans ce conflit l'une des parties puisse représenter les intérêts du peuple", et  que "le seul pouvoir qui peut renverser l'AKP est le pouvoir du peuple, il n'y a pas d'autre alternative". 

 

En se basant  sur l'évidence existante, il est clair que le Parti de la Justice et du développement (AKP)  cherchera à exploiter le coup d'Etat comme un prétexte pour purger l'opposition, pour renforcer son emprise sur le pouvoir, et à agir pour établir une dictature islamique. Les amis du peuple de Turquie doivent élargir leur solidarité avec ceux qui se battent pour approfondir la démocratie, et qui insistent sur l'unité de la nation et des travailleurs en s'opposant aux conflits sectaires. Le dimanche 17 juillet, le Parti communiste, Turquie a tenu une réunion plénière de son comité central afin de discuter et de prendre des décisions sur les développements rapides des premiers jours du coup d'Etat et d'arrêter une approche nécessaire de la situation. 

 

Le Parti Tudeh d'Iran condamne sans équivoque le récent coup d'Etat militaire en Turquie et en même temps, exprime sa grave inquiétude au sujet de la suspension de la constitution et le piétinement des libertés comme également les violations des droits démocratiques, les arrestations massives et les tentatives du gouvernement islamiste pour étouffer la démocratie en Turquie. Notre parti estime les événements de ces récents jours comme une menace pour la paix, comme un  conflit contre les intérêts des nations de la région du Moyen-Orient. Le Parti Tudeh d'Iran exprime sa solidarité avec les forces démocratiques et progressistes, les syndicats en Turquie, le Parti communiste,Turquie et il soutient leur lutte pour retourner à la démocratie et à un gouvernement de droit pour le pays.

 

Le Parti Tudeh d'Iran 

 

(Source : Solidnet - traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)