Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Le Secrétaire général du KKE (Parti communiste grec) et la question chypriote

Publié le 8 Novembre 2016 par Lien-pads

Déclarations du SG du CC du Parti communiste de Grèce (KKE), Dimitris Koutsoumpass, après la rencontre avec le Président de la République

 

Mercredi 2 novembre, le Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de Grèce (KKE), Dimitris Koutsoumpass, a rencontré le Président de la République de Grèce, Prokopis Pavlopoulos, concernant les développements de la question cypriote, ainsi que des positions du KKE sur les développements dans l'ensemble de la région.

 

Après la rencontre, Dimitris Koutsoumpass, a fait la déclaration suivante :

 

"J'ai informé le Président de la République sur les développements dans la région et les positions du KKE. L'aiguisement des contradictions, des antagonismes, les conflits militaires et l'accumulation des armes et de forces militaires dans toute la région, en Europe central et oriental, en mer Noire, en mer Égée et au Moyen-Orient ne sont pas annonciateurs de mesures et de solutions positives pour les peuples et particulièrement pour le peuple grec.

 

Le KKE considère que le peuple grec doit être vigilant, particulièrement  envers des questions liées à ce que nous appelons des questions nationales du pays, comme par exemple  les continuelles déclarations  provocatrices du Président de Turquie, Erdogan, la remise en cause des droits souverains de notre pays , la contestation  sur  la mer Égée et sur des îles appartenant à notre pays, ainsi que  les développements concernant le nouveau plan Annan, qui est en effet un plan dichotomique pour Chypre. Il a été intensément avancé au cours de la récente période. Tout cela devrait nous rendre, en tant que société grecque et peuple grec, encore plus prêts, vigilants et mobilisés.

 

Le KKE contribuera, continuera à contribuer avec son attitude responsable, dans le sens de la résolution de tous ces problèmes, en faveur de la paix, en faveur des droits souverains de la Grèce, de Chypre, au bénéfice des peuples de la région. "

 

M. le Secrétaire, avez-vous un commentaire sur la déclaration de AKEL qui est très agressive concernant la position que vous avez exprimée sur la question cypriote ?

 

"L'AKEL a le droit d'avoir ses propres positions, tout comme le KKE aussi a le droit de développer ses positions autour du problème cypriote d'une manière sérieuse et cohérente. Je voudrais simplement vous rappeler que c'est le KKE qui a parlé du plan Annan, de la nécessité de consulter les Cypriotes et de dire un retentissant "Non", comme ils l'ont fait à la fin. Sans l'existence de KKE et d'autres forces   avec cette position nous n'aurions pas été capables d'avoir ce développement pendant cette période-là. Et c'est ainsi aujourd'hui.  Par exemple, le compromis, le douloureux compromis fait, comme AKEL et d'autres partis de Chypre et de Grèce l'ont appelé et qui concerne   la fédération de deux zones et de deux communautés, a été principalement la position de longue date de la Turquie et l'"Etat" Turc-Cypriote a été de plus en plus considérée comme une loi divine, une position de principe.  Et en effet ceci n'est pas tout : aujourd'hui, une solution dichotomique se développe essentiellement en deux Etats constitutifs. C'est à dire que nous ne parlons pas d'une fédération de deux zones et de deux communautés, mais nous parlons d'une confédération, nous parlons de deux Etats qui auront leurs propres constitutions, leurs propres drapeaux, et évidemment la fédération de deux zones et de deux communautés serait simplement un rideau de fumée.

 

Ces questions sont très graves et je dirais que AKEL et d'autres partis cypriotes, ainsi que d'autres partis grecs, devraient utiliser ce développement, ces positions de KKE, les étudier plus profondément parce qu'ils faciliteraient la résolution de la question cypriote et non pas la division de Chypre".

 

Pourquoi avez-vous présenté de cette manière la visite d'Obama en Grèce, en cette période ?

 

"C'est évident, il ne vient pas pour la raison invoquée par le gouvernement grec, c'est à dire pour présenter des félicitations à la Grèce pour les réfugiés et sa manière de résoudre le problème des réfugiés, ou pour faciliter des négociations.

 

Les USA  ont de grands  intérêts ici dans la région; nous voyons  en cette période beaucoup de va et vient, beaucoup d'autres personnes  viendront ici,  de  puissants Etats, et des puissances impérialistes capitalistes  viendront ici, et évidemment ils veulent faire progresser également  leurs intérêts  dans la région dans le cadre de leur compétition avec la Russie et d'autres  puissances qui sont fortes.  Nous sommes donc préoccupés et inquiets et c'est de ce point de vue que les Grecs doivent voir et traiter à cette visite."

Athènes le 2.11.2016

Bureau de presse du CC de KKE

(Source Solidnet: Traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)