Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Turquie: 200 jours de grève de la faim observés par deux enseignants injustement licenciés

Publié le 4 Octobre 2017 par Lien-pads

Nuriye Gülmen, professeur de littérature, et Semi Özakça, enseignant du primaire, ont suspendu après 200 jours la grève de la faim entamée pour protester contre leur licenciement en février 2017 par le gouvernement de l'AKP.

 

Les deux enseignants ont été  licenciés en même temps que plusieurs autres employés des services publics en application d'un décret illégal de février. Ils avaient été emprisonnés en mai.

Le licenciement de nombreux fonctionnaires progressistes a été ordonné sous le prétexte fallacieux de combattre la secte religieuse du prédicateur Fethullah Güllen réfugié aux Etats Unis, un des commanditaires du coup d'Etat manqué de juillet 2016 et ex-allié de Recep Tayyip Erdogan durant de longues années.

Esra Özakça, l'épouse de Semih Özakça, est elle aussi une enseignante d'école licenciée et gréviste de la faim. Elle a déclaré  dans une interview aux Nouvelles de SoL que son époux qui pesait  86 kilogrammes en a perdu 33 . Leur santé en a été gravement affectée.

Depuis leur mariage en 2014, ils n'ont pu vivre ensemble que la moitié du temps dans la même demeure. Elle a aussi souffert des sentences injustes du gouvernement de l'AKP et finalement de son licenciement.

Après avoir exercé un emploi mal payé dans l'éducation publique durant 28 ans, elle avait fini par trouver un emploi à plein temps dans un village de la province de Mardin, dans le sud-est de la Turquie, avant d'en être licenciée. Après 120 jours de grève de la faim, elle ne pèse plus maintenant que 46 kilogrammes.

Les deux enseignants Nuryie Gülmen et Semih Özakça désirent seulement retrouver leur emploi. "Pourquoi une telle cruauté?" s'est-elle interrogée. Ses élèves sont attristés et ne se posent qu'une seule question: "Mais pourquoi?".

Le mois dernier la Cour Européenne des Droits de l'Homme a rejeté une demande des deux enseignants d'ordonner à Ankara de les relâcher pour raisons de santé.

 

25 septembre 2017

Source: SoL international - traduction de l'anglais par la rédaction du Lien