Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

15 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers à Lisbonne (Portugal) du 8 au 10 novembre 2013

Publié le 18 Novembre 2013 par Lien-pads in 12- RENCONTRES DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS

       Communiqué de presse du Parti communiste Portugais 

 

La 15 ème rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers  s'est tenue à Lisbonne, du 8 au 10 novembre 2013, sous la devise " L'approfondissement de la crise du capitalisme, le rôle de la classe ouvrière et les tâches des communistes dans la lutte pour les droits des ouvriers et des peuples. L'offensive de l'impérialisme, le réajustement des forces au niveau international, la question nationale, l'émancipation de classe et la lutte pour le socialisme".

 

Ont participé à la rencontre 75 Partis de 63 pays. Des messages de salutations  ont été reçus de 14 autres partis qui, pour des raisons diverses, n'ont pas été en mesure d'y prendre part. La Rencontre a analysé, parmi d'autres aspects principaux, le développement de la situation internationale dans le contexte de l'approfondissement de la crise structurelle du capitalisme et du processus complexe de réajustement des forces au niveau international, afin d'alerter sur les graves dangers découlant de l'offensive de l'impérialisme.

 

Les participants ont, en même temps, salué et évalué la résistance des ouvriers et des peuples, en réaffirmant le potentiel réel que la situation actuelle recèle pour le développement de la lutte libératrice, pour de profonds changements dans le sens anti-monopoliste et anti-impérialiste, pour le Socialisme.

 

La Rencontre a noté l'approfondissement de la crise qui a explosé en 2008 avec la banqueroute des Frères Lehman. Une crise qui se prolonge, qui ne reflète pas le discours de la classe au pouvoir sur une prétendue "reprise" et qui confirme l'analyse des communistes au sujet de sa nature et de son évolution qui, parmi d'autres aspects, la confirme comme une crise de surproduction et de suraccumulation du capital. Une crise qui exprime les contradictions aiguës du capitalisme- en particulier sa contradiction fondamentale entre le caractère social de la production et son appropriation privée - qui met en évidence les limités historiques du système et l'actualité de la lutte pour l'alternative fondamentale du socialisme au capitalisme. 

 

Elle a dénoncé l'objectif du grand capital, des principales puissances impérialistes et de leurs institutions internationales et supranationales pour la concertation impérialiste - telle que l'Union Européenne- afin d'imposer aux ouvriers et aux peuples une régression sociale dont la dimension pour la civilisation est une agression contre les droits du travail et sociaux, une attaque violente des conditions de vie des masses ouvrières et populaires et qui déclare la guerre à la souveraineté et à l'indépendance des Etats. 

 

Elle a fait référence en particulier à la dure réalité subie par les peuples, à l'impact de la crise et à l'offensive capitaliste dans l'évolution des pays, où les peuples assistent au développement  de plus en plus  des réductions de leurs droits économiques et sociaux. Dans ce cadre,l'attention a été attirée sur l'impact de la crise du capitalisme sur l'agriculture et l'alimentation qui  compromet encore plus la souveraineté alimentaire de nombreux pays. Elle voue les grandes masses de la population mondiale aux privations et à la malnutrition. 

 

Elle a mis l'accent sur les dangers qui surgissent de la politique militariste intensifiée, sur la menace de guerre et sur l'ingérence des principales puissances impérialistes et de l'OTAN. Elle a mis en évidence les guerres d'agression, les processus d'ingérence et d'instigation des conflits internes, de renforcement des mesures répressives, autoritaires, de contrôle et d'espionnage qui sont une partie de la réponse du grand capital à la crise du capitalisme. Elles sont basées sur la force et ont pour objectif central le maintien des du contrôle des ressources et sources d'énergie. Elles visent à contenir la révolte, la lutte des peuples et les inévitables explosions sociales et révolutionnaires que la situation actuelle entraîne.

 

Elle a mis l'accent sur les dangers qui surgissent de la politique militariste intensifiée, de la menace de guerre et de l'ingérence des principales puissances impérialistes et de l'OTAN. Elle a mis l'accent sur les guerres d'agression, les processus d'ingérence et d'instigation des conflits internes, le renforcement des mesures répressives, autoritaires, de contrôle et d'espionnage. Elles sont une partie de la réponse du grand capital à la crise du capitalisme qui est basée sur la force. Leur objectif central est le maintien du contrôle des ressources et des sources d'énergie. Elles visent à contenir la révolte, la lutte des peuples et les inévitables explosions sociales et révolutionnaires que la situation actuelle entraîne. 

 

Les participants ont exprimé leur solidarité avec les luttes en cours sur tous les continents contre l'offensive agressive impérialiste, pour le progrès social, l'indépendance et la souveraineté, la paix, le droit au développement social et économique, pour la construction des alternatives de souveraineté, de progrès à la domination hégémonique de l'impérialisme, à l'alternative fondamentale réelle à la barbarie capitaliste - le socialisme. Ils ont réaffirmé le rôle central de la classe ouvrière et son alliance avec les autres couches anti-monopolistes dans la défense de leurs droits, principalement le droit à l'emploi, aux droits sociaux et du travail, pour la défense des fonctions sociales des Etats.

 

Les participants ont évalué et exprimé leur solidarité avec tous les peuples qui résistent aux politiques de l'impérialisme à ses ingérences et ses agressions, particulièrement envers les peuples du Moyen-Orient. Ils ont  salué les luttes en cours dans cette région contre toutes  les formes d'agression et d'oppression, pour la souveraineté, la démocratie, la justice sociale et l'unité nationale, comme en Egypte et en Tunisie. Ils ont  réaffirmé leur solidarité avec les Palestiniens et leur lutte pour leurs droits nationaux, et également avec les autres peuples de la région qui sont victimes des agressions et des ingérences, tel que le peuple Syrien. 

 

Dans le cadre de la poursuite de la résistance et du rassemblement des forces, mais là où le potentiel pour le développement de la lutte révolutionnaire grandit, d'importants facteurs émergent dans diverses régions du monde pour contenir la domination hégémonique de l'impérialisme. Les participants ont salué et évalué la lutte des peuples, des communistes et des autres forces progressistes de l'Amérique Latine. Ils considèrent que le processus de la lutte dans cette région, pour l'affirmation  progressiste et la souveraineté, également pour la coopération basée sur la solidarité qui émerge dans cette région, constituent un important facteur qui stimule le développement et la renforcement de la lutte anti-impérialiste. Les participants ont  réaffirmé leur solidarité avec Cuba et sa révolution socialiste, et également avec le peuple vénézuélien et sa révolution Bolivarienne, parmi d'autres pays.

 

Ils soulignent l'importance de la lutte dans la défense des libertés démocratiques, contre la progression du recul du droit, contre la xénophobie et le racisme, contre le fanatisme religieux et l'obscurantisme, contre l'anticommunisme. Ils ont réaffirmé la solidarité avec les autres partis communistes et toutes les forces révolutionnaires qui sont l'objet de la répression politique et des campagnes anticommunistes - principalement sur le continent européen, qui sont entreprises  par plusieurs gouvernements et également par des institutions de l'Union européenne.

 

Les expériences concrètes de la lutte dans différents pays et régions furent présentes dans la plupart des interventions. Elles confirment que les ouvriers et les peuples ne plient  pas et cela, même dans les conditions actuelles difficiles. Ils montrent que les avancées et les acquis de nature anti-monopoliste et anti-capitaliste sont possibles.

 

Il fut affirmé que le socialisme émerge sans cesse comme l'alternative fondamentale réelle au capitalisme et à sa crise. Tirant les leçons des retards, des fautes et des déformations qui sont contraires aux principes de base du socialisme, ils ont évalué  comme hautement positives les expériences de construction du socialisme, ce qu'elles ont signifié et signifient pour l'humanité, en soulignant les acquisitions du nouveau système social. Tout en reconnaissant qu'ils ne sont pas des modèles de la révolution, les participants ont insisté fermement sur  le rôle déterminant des masses dans la construction et la gestion des sociétés socialistes.

 

L'accent a été mis que la situation internationale actuelle rend particulièrement nécessaire la coopération entre toutes les forces progressistes et anti-impérialistes et, en premier lieu, entre les partis communistes et ouvriers à travers le monde entier, une des plus solides garanties pour le renforcement de la lutte des peuples et pour la construction de l'alternative du socialisme. Dans ce sens, la riche expérience et les progrès effectués par les rencontres internationales des partis communistes et ouvriers ont été soulignés, comme un espace d'échange et d'information, des expériences et des opinions, d'une convergence possible des positions et des décisions pour des initiatives communes et convergentes. Ils ont réaffirmé l'importance de leur poursuite et continuité.

 

La rencontre a adopté plusieurs orientations et initiatives d'action commune ou convergente des Partis communistes et ouvriers qui ont été matérialisées jusqu'à la 16 ème rencontre internationale. Elle a mandaté le Groupe de travail pour  stimuler et  orienter  leur application et leur matérialisation.

 

La rencontre internationale a salué l'existence de trois propositions du lieu de la 16 ème Rencontre. Sa date et son thème seront décidés durant la réunion du Groupe de travail de la Rencontre Internationale des partis communistes et ouvriers qui aura lieu en temps voulu. 

 

                                       Lisbonne, le 10 novembre 2013