Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

15 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers à Lisbonne (Portugal) du 8 au 10 novembre 2013

Publié le 18 Novembre 2013 par Lien-pads

  Communiqué de presse du Parti communiste de Grèce (KKE) 

Sur les discussions et les résultats de la 15 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers 

 

 

La 15 ème rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers s'est déroulée à Lisbonne du 8 au 10 novembre 2013 avec pour thème: "L'approfondissement de la crise du capitalisme, le rôle de la classe ouvrière et les tâches des communistes dans la lutte pour les droits des ouvriers et des peuples. L'offensive de l'impérialisme, le réajustement des forces au niveau international, la question nationale, l'émancipation de classe, et la lutte pour le socialisme."

 

75 partis de 63 pays ont participé à la rencontre. De plus, 14 partis qui n'étaient pas en mesure pour diverses raisons d'y assister ont adressé des messages. Les participants ont honoré le 100 ème anniversaire de la naissance de Alvaro Cunhal, le secrétaire général du Parti communiste Portugais, une importante personnalité du Mouvement communiste international. Ils ont salué les luttes des ouvriers du monde entier, les chemins qui ont été ouverts pour la promotion de l'alliance de la classe ouvrière avec les couches populaires contre les monopoles, pour la lutte contre le capitalisme, pour le socialisme. Ils ont confirmé leur solidarité internationaliste avec les peuples de Palestine, de Syrie et plus large  de la région, avec le peuple de Cuba socialiste, avec tous les peuples qui se trouvent eux-mêmes en confrontation avec l'agressivité impérialiste, la guerre, le chantage aux interventions. Ils ont exprimé leur soutien aux partis communistes et ouvriers qui opèrent dans les conditions de l'illégalité, face à la répression de l'Etat, la répression et les restrictions anticommunistes.

 

A la rencontre, il y a eu un échange des expériences et des opinions sur le développement de la crise capitaliste, les réajustements dans le système impérialiste international, sur l'aiguisement des contradictions entre impérialistes et les dangers de guerres et interventions impérialistes plus étendues, sur le cours de la lutte de classe et sur les tâches qui découlent pour les communistes.

 

La rencontre a analysé les aspects de base des développements internationaux contre les effets de la crise capitaliste, qui continue à se manifester elle-même d'une manière très aiguë pour la 6 ème année dans un vacarme qui s'approfondit. Le Parti communiste de Grèce KKE et d'autres partis ont insisté que c'est unecrise de sur-production et de sur-accumulation du capital, qui exprime l'intensité des contradictions du capitalisme, particulièrement la contradiction de base entre le caractère social de la production et son appropriation privée. Ils soulignent le caractère historiquement suranné et inhumain du système capitaliste.

 

En même temps les réajustements du système impérialiste international s'intensifient, avec comme traits de base le recul des USA, de l'Union Européenne et du Japon en faveur des puissances capitalistes émergentes, un fait qui conduit à un grand aiguisement de lacompétition et des contradictions particulièrement dans l'Est de la Méditerranée, le Golf Persique, la Mer Caspienne, l'Afrique et les régions du Sud du Pacifique.

 

Différentes opinions ont été exprimées durant la Rencontre Internationale au sujet de la nature des contradictions entre les puissances capitalistes établies et émergentes. Certains partis considèrent que ces contradictions s'exercent en faveur des peuples et de leur lutte. Le KKE et d'autres partis estiment que ce sont des contradictions entre des pays qui reposent sur une base forte de monopole, où les relations capitalistes de production sont prédominants et que la classe ouvrière ne peut pas se mettre du côté de toute classe bourgeoise dans les rivalités qui ont cours en son sein.

 

Des divergences de vues ont eu lieu sur la nature des développements en Amérique Latine. Le KKE et d'autres partis estiment que le développement capitaliste est également contre le peuple dans cette région, que les gouvernements bourgeois et notamment des fortes puissances capitalistes, qui participent au G20, ne peuvent pas apporter un élan à la lutte anti-impérialiste. Cette discussion s'est étendue aussi au sujet de l'attitude envers les diverses unions entre les Etats capitalistes - elle a ses racines dans les différentes opinions concernant le concept de l'impérialisme. Le KKE et d'autres partis ont noté que l'impérialisme selon la théorie léniniste est le stade suprême et final du capitalisme et n'est pas seulement limité à la politique étrangère agressive mise à exécution par les puissants Etats capitalistes. Nous notons que le détachement des politiques de l'économie conduit à des conclusions erronées et nous soulignons que les caractéristiques de l'impérialisme découlent de sa nature comme capitalisme monopoliste, comme capitalisme qui se putréfie. La controverse se développe autour des diverses versions de la gestion bourgeoise en vue de répartir les pertes de la dévaluation et de la destruction du capital. Cependant, sans tenir compte à la forme bourgeoise de gestion, demeure là le but d'accroître la quantité du profit au moyen de l'intensification du niveau d'exploitation de la classe ouvrière et de la plus grande concentration et centralisation du capital au dépens des producteurs urbains et ruraux de taille réduite, au dépens des couches populaires. La profondeur de la crise et les difficultés dans la gestion de la crise intensifient l'agressivité du capital et de ses représentants politiques. L'autoritarisme, également la répression de l'Etat et l'anticommunisme sont renforcés. Les droits démocratiques et souverains sont à nouveau bloqués. Les systèmes politiques bourgeois dans leur ensemble deviennent plus réactionnaires, les tentatives de les durcir et de les réformer sont renforcées. Dans ce cadre et tant que le mouvement ouvrier révolutionnaire n'est pas passé à la contre-attaque, les forces fascistes tout comme les autres tendances obscurantistes, se sont renforcées.

 

Des vues divergentes ont cours sur la question de la réforme et de la révolution et sur la question des réformes sur le terrain du capitalisme. Le KKE et d'autres partis ont noté que les objectifs de lutte spécifiques anti-monopoles et anti-capitalistes du mouvement ouvrier ne peuvent être mélangés ensemble avec une stratégie réformiste qui prétendrait "démocratiser" et transformer le capitalisme et qui paverait le chemin vers le socialisme. Nous estimons que le pouvoir populaire de la classe ouvrière est une condition préalable nécessaire pour renverser la domination des monopoles et les relations capitalistes de production.

 

Le KKE et d'autres partis ont noté le besoin d'affronter la social-démocratie et ont souligné aussi que sans une lutte contre l'opportunisme le combat contre l'impérialisme est une "phrase creuse".

 

En outre, ils ont mis en évidence les lois de la révolution et de la construction socialistes et ils ont noté qu'il y a eu historiquement de sérieux dangers concernant l' éloignement des principes de notre vision du monde quand ils ont été dissimulés derrière le "modèle national" et la "variété de chemins vers le socialisme".

 

Le KKE et d'autres partis ont souligné la nécessité du renforcement des partis communistes et ouvriers, le renforcement du mouvement ouvrier orienté sur une base de classe. Ils ont mis l'accent sur la nécessité et l'actualité du socialisme, qui constitue la seule alternative véritable de transformation pour les peuples.

 

De plus, l'unité du Mouvement communiste international ne peut être obtenu sur les bases du plus petit dénominateur commun entre les partis, mais sur les bases de ce qui est dicté par l'aiguisement de la lutte de classe pour le socialisme, la défense du Marxisme-Léninisme et la contribution du Socialisme, par le besoin de créer une stratégie révolutionnaire unifiée contre le capitalisme.

 

La 15 ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers a finalisé un cadre d'Actions communes, que les Partis communistes peuvent développer ensemble, alors que certaines motions sur diverses questions furent présentées.

 

L'extension du Groupe de Travail a été aussi décidée à d'autres partis, qui s'engageront à la préparation de ces Rencontres Internationales. Il est maintenant composé des partis suivants:

 

LE PARTI DES TRAVAILLEURS DE BELGIQUE, LE PARTI COMMUNISTE DU BRÉSIL, LE PARTI COMMUNISTE DE CUBA, LE PARTI COMMUNISTE DE BOHÈME-MORAVIE, LE PARTI COMMUNISTE DE L'EQUATEUR, LE PARTI COMMUNISTE DE GRÈCE, LA PARTI COMMUNISTE DE L'INDE, LE PARTI COMMUNISTE DE L'INDE (MARXISTE) , LE PARTI COMMUNISTE LIBANAIS, LE PARTI COMMUNISTE PORTUGAIS, LE PARTI COMMUNISTE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE, LE PARTI DES COMMUNISTESET OUVRIERS DE RUSSIE, LE PARTI SUD-AFRICAIN, LE PARTI COMMUNISTE D'ESPAGNE, LE PARTI COMMUNISTE DE TURQUIE, LE PARTI COMMUNISTE D'UKRAINE.

 

Section des Relations Internationales du CC de KKE