Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Au sujet des accords de Minsk sur l'Ukraine: Une déclaration du Bureau Politique du comité central du Parti des ouvriers comunistes de Russie- Parti communiste de l'Union Soviétique (PCOR-PCUS)

Publié le 1 Mars 2015 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

La déclaration du Bureau Politique du comité central du Parti des ouvriers communistes de Russie- Parti communiste de l'Union soviétique publiée le 12 février 2015 a été prise sur le site de solidnet: 

Les négociations engagées,  au cours de  la nuit, dans le dénommé lieu «format de Normandie », durant 16 heures par les dirigeants d’Allemagne, de France, de Russie et d’Ukraine se sont achevées. Les dirigeants de ces pays ont annoncé qu’ils étaient parvenus à un accord au sujet d’un autre Cessez-le-feu. Les « quatre grands » ont signé une déclaration de bonnes intentions, à savoir, ils sont en faveur d’une solution pacifique et ils adhèrent à l’idée de créer un espace commun humanitaire et économique s’étendant de l’Océan Atlantique au Pacifique qui serait basée sur les principes du droit international et des règles de l’OSCE. Pour remplir ses intentions ils soutiennent un certain plan tendant à appliquer les accords de Minsk datés du 12 février 2015. A la demande de leurs « grands patrons » l’observation de ces mesures elles-mêmes (y compris le retrait des troupes par les Républiques autoproclamées de Novorossia des territoires récemment libérés par les troupes répressives de Kiev au cours des dernières batailles) fut signée par les membres du dit « groupe de contact tripartite », (c’est à dire, l’envoyé spécial de l’OSCE H.Heldi Tagliavini, de l’ancien président ukrainien L.Kuchma, de l’Ambassadeur de Russie à Kiev M.Zurabov). L’accord fut aussi signé par les dirigeants des républiques autoproclamés de Novorossia A.Zakharchenko et I.Plotnitskil, qui apparemment sous l’influence exercée  par Poutine lequel a agi à son tour sous la pression des « faiseurs de paix » de l’OTAN et sous les menaces réels du Président américain. 

 

Les médias et politiciens bourgeois ont immédiatement lancé leurs propres et différentes interprétations de ce qui avait été conclu à Minsk. Une partie parmi eux, ceux qui sont représentés en majorité par les officiels patriotes russes essaient de le décrire comme une victoire personnelle de Poutine et également comme une victoire de la diplomatie russe. D'autres, ceux qui représentent l'opinion de l'Europe prudente exprime leurs espoirs que ceci peut être un pas, bien qu'il soit petit, vers une solution pacifique du conflit. Les partis de droite d'Ukraine ont immédiatement déclaré qu'ils n'allaient pas suivre ces accords tandis que les média ukrainiens  avaient préparé l'opinion publique pour la continuation de la guerre jusqu'à la victoire du régime de Kiev. 

 

La majorité des gens ordinaires soutenant la lutte du peuple de Novorossia, y compris ceux citoyens de l'Ukraine qui avaient été en mesure de supporter le poison de la propagande nationaliste ont accueilli la signature de l'accord avec un profond sentiment de déception. Ils accusent les autorités russes de trahison, de la trahison  des intérêts des républiques autoproclamées de Lugansk et Donestk. Une opinion a été exprimée  que les accords signés ne seront pas appliqués et qu'ils ne représentent rien si ce n'est un discours en l'air. Cette opinion paraît justifiée si nous nous souvenons que cela fut exactement le cas avec les accords précédents datés des 5 et 19 septembre 2014.

 

Le POCR ne partage pas cette déception des soutiens de la lutte à Novorossia comme au départ nous n'avons jamais partagé les illusions prétendant que les autorités russes avait une position idéologique de principe au sujet de la défense des populations du Donbass contre le Fascisme. 

 

L'événement que nous avons observé a encore une fois montré qu'à Minsk se sont rencontrès  les dirigeants des puissances impérialistes parmi celles qui sont les plus grandes, qu'il y avait eu de telles contradictions entre elles, qu'elles avaient d'abord mené à une instabilité croissante entre elles en Ukraine puis a été suivie dernièrement par un coup d'etat anticonstitutionnel déclenchée sous la conduite des USA et de l'UE, et par la violence  Néo-Nazie ultérieure. L'invisible présence du président américain Obama pouvait être sentie à travers toutes ces 16 heures de discussions et de dîners à Minsk. 

 

La tentative actuelle de ces puissances impérialistes pour s'arranger entre eux  est la première de toute tentative pour assurer les intérêts personnels de leur bourgeoisie nationale. Pendant ce temps les contradictions considérables qui restent encore entre les divers groupes au sein du bloc impérialiste occidental ont grandi d'une manière évidente. A la fois les USA et la Grande-Bretagne qui sont situés à une longue distance de la zone du conflit n'émettent pas une objection à l'intensification du conflit en fournissant aux autorités ukrainiennes des armes mortelles et en tirant  les autorités russes dans les hostilités. 

 

L'Allemagne et la France ont été inquiétées par les perspectives d'une aggravation ultérieure du conflit militaire en Europe. Elles ont essayé de maintenir la fourniture sécurisée des sources énergétiques y compris la fourniture du gas et du pétrole russes et également d'assurer la reconnaissance et le renforcement du régime de Poroshenko tout en facilitant sa prise du contrôle sur les Républiques de Novorossia suivant ses ses conditions. Les autorités russes dirigées par Poutine veulent empêcher que l'Ukraine rejoigne l'OTAN; pour sécuriser les intérêts économiques de la Russie suivant les conditions de l'intégration entre l'UE et l'Ukraine et également pour sauver leur  visage politique en face à la fois de leur leur propre population et du peuple des Républiques de Novorossia.

 

Nous sommes attentifs aux contradictions entre les différents groupes au sein de la classe au pouvoir qui se sont elles-mêmes manifestées en Russie et d'une manière similaire à celles de tous les pays prenant une part directe ou indirecte au conflit ukrainien. On peut observer que  la partie de l'oligarichie financière de Russie  la plus riche qui s'est débarrassée de son image de "capital national", a tenté d'obtenir du gournement l'annulation de ses promesses verbales pour soutenir la juste lutte du Sud-Est de l'Ukraine contre l'agression fasciste, tout cela en contre-partie de la suppression des sanctions occidentales par l'Ouest. 

 

Nous pouvons aussi observer que les intérêts du peuple du Donbass qui lutte contre les troupes répressives fascistes ne furent pas l'objectif principal de l'attention au cours des discussions. Les participants aux négociations ont agi comme s'il n'y avait pas eu des référendums populaires dans les territoires du Donbass. Il est tout à fait évident que certains paragraphes des documents que Plotniskyl et Zakarcheko avaient à signer ne seraient jamais reconnus par le peuple du Donbass, plus encore à cela: l'inclusion de ces paragraphes de l'accord qui donnent une impression que cela a été fait intentionnellement dans le but d'insulter le peuple qui lutte. Il n'a pas été reconnu dans l'accord "l'intégrité territoriale de l'Ukraine" alors que  "certains districts  de Lugansk et Donetsk région de l'Ukraine" sont appelés républiques populaires.  Le même cas concerne les paragraphes qui ont trait aux prochaines élections qui sont supposées se dérouler dans les régions de Lugansk et Donetsk selon la loi ukrainienne, au désarmement des unités militaires illégales, à une amnistie de Kiev accordée aux participants à des actions militaires, à la prise du contrôle complet par les troupes  de Kiev sur toute la longueur des frontières Ukrainiennes-Russes, à la reconnaissance aux républiques d'un vague statut d'une "plus grande autonomie" dans le cadre d'une censée réforme constitutionnelle, d'un refus sans condition du statut de la langue russe comme seconde langue officielle etc.

 

Il est clair que dans les documents signés il n'y a pas de référence à la responsabilité de ceux qui sont à l'origine des bombardements des cités du Donbass avec des moyens de l'artillerie lourde, de l'assassinat de femmes et d'enfants dans les quartiers habités. Il n'est pas fait mention à ceux qui ont brûlé des  êtres vivants à Odessa, également aucune référence aux partisans des collaborateurs nazis de Bandera et Shukevich, ceux qui ont détruit les monuments à Lénine et aux soldats soviétiques  qui sont tombés au cours de la seconde guerre mondiale, à ceux qui aiment tant hurlé des slogans nationalistes pressants pour tuer des Moscovites et des communistes.

 

Ainsi cet accord est destiné à demeurer une feuille de papier vide semblable aux précédentes et elle ne va pas contribuer à une solution pacifique du conflit. 

 

Néanmoins dans les deux Républiques du Donbass il y existe déjà des forces organisées de communistes qui sont les combattants antifascistes les plus conséquents. Nous, notre parti avons fait de notre mieux pour leur apporter toute l'aide nécessaire possible à leur lutte. Nous qui sommes opposés aux autorités russes nous n'oublions pas nos camarades dans la détresse. La solidarité prolétarienne est plus forte que les bêtes fascistes. Le problème est que les ouvriers du Donbass sont nos camarades mais pas les autorités capitalistes.

 

En dehors des autres organisations radicales de gauche nous ne discutons pas de la possibilité ni ne recommandons pas de faire des alliances avec les partis des bourgeois démocrates et sociaux-démocrates qui ont pour but une lutte commune contre l'ennemi commun - le fascisme. Néanmoins, une telle alliance suppose l'utilité de définitions exactes et également aussi clairement définis les buts d'une telle alliance, à savoir, des actions pour réduire le fascisme moderne. Cependant nous avons observé toutes les tentatives pour déguiser le fascisme moderne et sa variété du style ukrainien Bandera, pour mieux cacher son essence sous un masque démocratique,  afin que personne ose nommer le principal instigateur et la force au pouvoir du fascisme moderne - c'est à dire l'impérialisme des USA. 

 

Ce sont les raisons pour lesquelles les accords de Minsk qui ont abouti au cours des négociations qui se sont déroulées présentement au "format de Normandie" conduiront à une fin mortelle. Malheureusement l'effusion de sang ne peut pas être arrêtée avec des moyens de persuasion. 

 

Le danger que le conflit puisse atteindre le niveau européen et même se transformer en une guerre globale est encore là. 

 

Peuple, demeure sur le qui vive!

 

Prolétaires de tous les pays-unissez-vous!

 

( traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)