Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Colombie: " Que signifie tout cela Mr Le Président? " déclare le Secrétariat du Haut commandement des FARC-EP

Publié le 6 Février 2015 par Lien-pads in 8- INTERNATIONAL - Amériques

Ci-dessous une déclaration du Secrétariat du Haut commandement des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC-EP) et des informations concernant l'évolution de la situation dans ce pays :

 

"Récemment nous avons lu des déclarations officielles issues d'un des niveaux les plus élevés qui nient l'existence de groupes paramilitaires, malgré l'évidence quotidienne de crimes contre des dirigeants sociaux, politiques et populaires. Ces crimes portent la signature de plusieurs de ces groupes d'assassins. 

 

La réalité est autre. Le 30 janvier, le dirigeant paysan Jaminton Andrés Avila, de la ville de Yondo, au nord-est d'Antioquia, fut tué. Il était  le dirigeant, parmi les organisations, de paysans de la Réserve de la zone de Rio Cimitara. Au même moment, de nouvelles menaces de mort  ont été prononcées contre Cesar Jerez dirigeant d'ANZORG. 

 

Le 23 janvier, dans le département de Narino en Colombie, il y a eu un combat entre des unités du 29 ème Front des FARC-EP et des membres d'un groupe de paramilitaires qui avaient dressé un barrage routier dans la municipalité  de Remolinos. Puis  ils ont menacé de le déplacer à Palo Grande. Un paramilitaire est mort et plus de deux furent blessés. Après, une patrouille de l'Armée a soutenu les paramilitaires à Sidon, près de Remolinos. 

 

Renforcés par des troupes officielles, les paramilitaires ont pénétré dans les villages de Palo Grande et La Perdiz, d'où ils ont commencé à envoyer des messages aux négociants de Sidon, de Sanchez et Remolinos, qui devaient se présenter avec des sommes allant de 5 à 20 millions de pesos (850-2000 dollars), sous la menace de mort s'ils refusaient. Selon ce que les paramilitaires, protégés par l'Armée, ont dit à la population, ils attendaient plus d'hommes et d'armes. 

 

D'autre part, le 30 janvier, tard dans la nuit, une patrouille de la force Apollo de l'Armée nationale, est entrée dans la demeure d'un résident du village d'El Tierrero Calot, Cauca. Elle a ouvert par la force les portes et a mis le désordre, ensuite elle a obligé le père de la famille de se tenir debout près de son lit. Quand ils ont entendu les cris et les appels de sa femme et de ses enfants, la communauté des voisins arriva. Les troupes ont essayé de la chasser en faisant usage de leurs armes à feu, de leurs fusils et ont lancé des grenades. Seul le courage du peuple, déterminé à empêcher cet arbitraire, a finalement obligé les troupes à se retirer, en  menaçant auparavant la population.

 

Dans la commune de Chaparral, au sud de Tolima, des opérations militaires sont incessantes dans les zones rurales, particulièrement dans les districts La Marina et Léon, où des patrouilles d'une dizaine  de  soldats professionnels parmi lesquels des femmes, envoient de petits groupes vêtus d'habits civils, avec une plusieurs femmes, dans les maisons du peuple. Ils s'y introduisent comme comme des combattants de la guérilla qui demandent des versements d'argent ou d tout autre chose où ils sont déposés là pour eux. Surpris par le refus de la population, des troupes en uniforme visitent ensuite les maisons. Elles détruisent chaque chose à l'intérieur des maisons en emportant avec elles le peu de nourriture possédé par les familles paysannes. 

 

Les opérations militaires dans les zones du 15 ème Front et de la région de Guayabero, Meta, se poursuivent. Les troupes avancent sur le terrain, elles prennent possession des emplacements et de là elles commencent à bombarder les espaces environnants avec des mortiers de 120 mm. Inutile de dire, les ordres donnés aux unités de  la guérilla est de répondre énergiquement. 

 

Que signifie tout cela Mr le Président? Nous sommes en discussion afin de diminuer  de l'intensité du conflit, au milieu d'un cessez-le-feu rigoureusement suivi par notre organisation. Les questions discutées telles que l'étendue des champs minés ou de la violence sexuelle au milieu de la guerre ne représente aucun problème pour nous, les difficultés rencontrées des deux côtés sont communiquées. Mais il doit être noté que notre attitude actuelle a contribué à diminuer le nombre des victimes de la confrontation. Une telle attitude de l'Etat  rendrait faisable le long désir des Colombiens de mettre un terme à la souffrance.

 

Secrétariat du Haut commandement central des FARC-EP 

 

Le 4 février 2015

 

        ----------------------------------------------------------------------

 

Les FARC-EP rencontrent le Ministre norvégien des affaires étrangères

 

La délégation de la Paix des FARC-EP a rencontré, samedi 2 février, Mr Berge Brende, Ministre des Affaires étrangères du royaume de Norvège qui était accompagné d'un groupe important de collaborateurs. 

 

La rencontre a duré environ deux heures et fut l'occasion d'un échange d'informations sur les progrès enregistrés par le processus de discussions en cours à La Havane  entre les FARC et le gouvernement Colombien.

 

La délégation des FARC-EP à cette rencontre était conduite par le commandant Ivan Marquez. La délégation des FARC-EP a exprimé sa reconnaissance pour l'importante contribution de la Norvège pour obtenir la paix en Colombie. Ivan Marquez a rappelé que leurs représentants ne participent pas seulement aux discussions de La Havane mais participent aussi à des activités humanitaires. De plus, parmi d'autres tâches accomplies  ils ont joué un rôle important pour la sécurité des commandants de la guérilla lors de leur voyage vers Cuba

 

Auparavant, le Ministre des affaires étrangères Berge Brende avait rencontré le chef de la délégation du gouvernement Colombien, le Dr Humberto de la Calle, qui était accompagné de ses collaborateurs. 

 

        -----------------------------------------------------------------------------

 

La Havane Cuba, le 2 février 2015

 

Le 2 février 2015 la première session des discussions de cette année a débuté. Les discussions pour la paix entre le gouvernement et les FARC-EP  qui ont débuté à la Havane  en sont à leur 32 ème session. 

 

Dans une déclaration intitulée "Gardons le calendrier" qui a été lu par le porte-parole Joaaquin Gomez, les insurgés ont rappelé que depuis Août 2012, quand l'étape publique des discussions a débuté, les négociations ont commencé avec les porte-paroles de l'Etat sur des bases d'égalité, dans le but de trouver une solution diplomatique à un long conflit social et armé d'un demi siècle. 

 

Les combattants de la guérilla ont dit que des voies  alternatives  à la confrontation armée devraient être explorées. Et faisant allusion aux déclarations faites hier par le chef de l'équipe négociatrice du gouvernement, Humbero de la Calle, les insurgés ont souligné que l'on  ne pouvait pas d " tuer deux oiseaux avec une pierre"   mais on pourrait " apporter ensemble des idées et mener des actions qui seraient bénéfiques pour toute la nation".

 

Le mouvement de la guérilla a insisté que le seul cadre légal pour la paix est l'Accord Général pour la fin du conflit et la construction d'une paix stable et durable. Dans ce cadre de cet accord "invite les parties à fournir des solutions aux problèmes de nature différente dans le pays  qui ont causé la violence  pendant longtemps dans le passé,  mais nombreux sont ceux qui l'ont oublié. Mais ces problèmes  n'ont certainement pas été générés par les guérillas"  ....

 

Les combattants de la guérilla ont mis en valeur les clauses Martens et les conventions internationales qui permettent aux partis en conflit de parvenir à la conclusion d'accords " sur toute question qui peut être jugée convenable à résoudre" . Ils ont souligné que seules des raisons humanitaires ont "conduit les FARC-EP à proposer des formules ou des gestes pour une désescalade du conflit  et  à  déclarer un cessez-le-feu unilatéral et indéfini".

 

Finalement ils ont appelé à conserver le strict calendrier afin  d'obtenir des accords qui répondent aux attentes des victimes du conflit, et non pas d'ouvrir la porte à de "fausses solutions, comme les référendum qui sentent des intérêts électoraux."

 

(Source solidnet - textes traduits de l'anglais par la rédaction du Lien)