Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Déclaration commune de Partis communistes et ouvriers sur le 95 ème anniversaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre

Publié le 7 Novembre 2012 par Lien-pads in 11- MONDE - Histoire du mouvement ouvrier

Neuf partis communistes et ouvriers ont publié une déclaration commune à l'occasion du 95 ème anniversaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre 1917, dont ci dessous le texte traduit par notre rédaction  de l'Anglais au Français: 

 

Le Grand Octobre  1917, cet événement historique conséquent est né de la justesse de la théorie Marxiste-Léniniste concernant l'inévitabilité du renversement révolutionnaire de la dictature de la classe bourgeoise et l'instauration de la dictature du prolétariat. La victoire de la lutte de classe contre le capital concerne la construction prospère et le développement du socialisme, comme première phase du communisme, avec l'objectif d'éradiquer complètement  dans  l'avenir la division de la société en classes, une garantie de la complète prospérité et du libre développement, aux faces multiples, pour tous les membres de la société. La lutte pour les réformes sociales à l'intérieur du cadre du capitalisme et la lutte parlementaire sont subordonnées aux formes de la lutte de classe pour l'instauration révolutionnaire de la dictature du prolétariat. Elles  ne conduisent pas de leurpropre volonté au changement du système social et économique.

 

La route menant au socialisme, dont la Commune de Paris fut la première à suivre est une route de pionniers. La théorie du communisme scientifique et la pratique de sa construction et du développement du socialisme dans le 20 ème siècle, a démontré d'une manière persuasive que le pouvoir établi après la victoire de la révolution socialiste ne peut peut pas être dans son essence autre chose que la dictature du prolétariat, de la classe ouvrière. La dictature du prolétariat est l'essence de l'état socialiste. Sa forme, comme l'expérience de la construction, du développement  et la défaite temporaire du socialisme en URSS, ont montré que ce n'est pas la démocratie parlementaire mais la démocratie du Soviet, où les éléments électoraux de base ne sont pas les zones géographiques mais les usines, les filatures. Cela sauvegarde les liens étroits de l'état avec les masses travailleuses, l'aisance et la pratique de la mise en oeuvre de l'intelligence  des employés de l'état, qui ne répondent pas aux attentes, des travailleurs.

 

Les ouvriers ou le pouvoir socialiste, indépendamment des organes du pouvoir dont ils dépendent, est formé de collectifs de travailleurs non pas sur une base géographique. Il est est la forme organisationnelle de la dictature du prolétariat. Comme les Soviets en URSS les formes futures de l'organisation du pouvoir des ouvriers exprimera la dictature du prolétariat parce que leur formation et leur travail seront basés sur la réalité objective, sur l'organisation des ouvriers dans le processus social de production. Ces organes du pouvoir, qui sont élus par les collectifs des travailleurs, s'étendent dans  la société. A l'image d' un réseau unifié ils assureront le caractère de l'état comme un état de la classe ouvrière, le contrôle pour la préservation de ce caractère de classe avec l'aide de la classe ouvrière, des travailleurs. La formation des organes du pouvoir socialiste hors des collectifs des travailleurs, indépendamment de leur nom, résulte de formes temporaires et instables comme l'a montré l'exemple des unions de Soviet au milieu des années 1930 pour passer à l'élection des organes sur une base géographique.

 

L'expérience de l'URSS a prouvé le rôle irremplaçable de l'avant-garde révolutionnaire du parti de la classe ouvrière comme une force dirigeante dans la construction et le développement de la nouvelle société. La théorie léniniste concernant le parti maintient intact son importance. L'expérience a confirmé la position léniniste qu'il ne  saurait existerun quelconque mouvement révolutionnaire sans un parti révolutionnaire. Un tel parti fut le parti des Bolcheviks, le parti de Lénine . De nombreux problèmes sérieux, particuliers et fondamentaux, que les pays capitalistes ne peuvent pas résoudre dans leur  essence, furent solutionnés en URSS sous sa direction. Cela fut confirmé par l'expérience des partis frères dans les pays de la communauté socialiste. En particulier ils ont résolu le problème du plein emploi, ils ont garanti la gratuité de l' éducation, la protection de la santé, l'utilisation des acquisitions de la science et de la culture. En URSS le logement, les services publics, les transports etc... furent presque gratuits. Ils n'avaient pas simplement satisfait les besoins matériels fondamentaux et mentaux de tous les membres de la société mais ils avaient aussi créé les conditions du développement aux faces multiples et avaient perfectionné la personnalité humaine. Pas un pays capitaliste n'a pu fournir la sécurité au peuple comme le fit l'Union Soviétique socialiste.

 

De plus, l'expérience de l'URSS a démontré d'une manière décisive que la base économique de la réalisation, du renforcement et du développement du pouvoir soviétique comme forme organisationnelle de la dictature du prolétariat est la propriété commune des moyens de production,  la production sociale planifiée, organisée et directe, la production de la valeur d'usage avec l'objectif d'assurer à tous les membres de la société la pleine prospérité du développement libre aux faces multiples.

 

Le but de la production socialiste n'est pas d'augmenter  en elle-même  la valeur mais de garantir la prospérité et le développement aux faces multiples de tous les membres de la société . Le renoncement à ce but, l'orientation vers le  marché, conduit à la dissolution du socialisme depuis que, selon les principes,  la production basée sur l'économie de marché ne peut pas servir comme base économique de la dictature du prolétariat. L'économie de la production universelle est le capitalisme, la base de la dictature de la bourgeoisie.

 

Le besoin d'un état dela classe ouvrière est déterminé par la nécessité d'opprimer ses classes ennemies et d'organiser les nouveaux rapports de production. L'état socialiste, selon Lénine, est jumelé déjà, à la fois, à la lutte contre l'attitude petite bourgeoise des autres forces et contre les traditions de la société bourgeoise. L'état de la classe ouvrière dépérira au cours d'une longue période  et seulement après l'achèvement  des buts finaux des communistes: avec la disparition complète des classes au cours du développement du socialisme, avec le développement du socialisme en un communisme complet, avec la disparition de la menace de l'agression du capitalisme à l'intérieur du pays mais aussi à l'extérieur.

 

La mutation idéologique et politique des plus hautes structures du parti et de la machine de l'état ont conduit au XX ème siècle à la révision du Marxisme-léninisme après le 22 ème congrès du PCUS qui a renié les éléments fondamentaux du Marxisme, la dictature du prolétariat en proclamant  "l'état du peuple" qui a évolué en ce soi-disant concept du socialisme développé et en politique de "péréstroïka". Le reniement, à savoir le reniement des principes fondamentaux du communisme en théorie et en pratique a mené à la contre-révolution et, avec le soutien de l'impérialisme international, au renversement du socialisme en Union Soviétique, à sa dissolution et à la restauration du capitalisme dans les états qui s'étaient créés sur son territoire.

 

Toutefois le cours de l'histoire peut être renversé dans l'un ou l'autre pays mais il ne peut pas être arrêté. Le caractère social de la production qui  s'approfondit constamment  et se renforce entre  en contradiction aiguë avec l'appropriation privée capitaliste. Comme résultat de cette contradiction toutes les contradictions économiques et politiques du capitalisme s'aiguisent. C'est pourquoi  les communistes déclarent d'une manière substantielle: la révolution ne peut pas être arrêtée! La contre-révolution sera suivie de la révolution!

 

L'agressivité impérialiste s'est renforcée et rend aiguës les contradictions impérialistes pour le contrôle des ressources naturelles et des voies de transport de l'énergie. Dans chaque pays, la bourgeoisie cherche à renforcer sa position et elle intensifie l'attaque contre la classe ouvrière et les couches populaires pauvres. Ses armes idéologiques sont les théories néo-libérales et sociales-démocrates du partenariat social, de la collaboration de classe, de la paix sociale et de  l'épuisement des possibilités de la réalisation de la révolution. Cet arsenal est complété par le révisionnisme et l'opportunisme à l'intérieur du mouvement communiste international.

 

Mais l'humanité ne peut pas se développer et faire des progrès sur les bases de la production basée sur la propriété privée. La vie et le développement du peuple ne peuvent  pas être réduits au modèle de la propriété ou au désir d'un groupe du peuple d'être dominant pour transformer les autres en ses serviteurs. Les communistes déclarent ce qui suit à l'ensemble du monde en réponse au slogan de la bourgeoisie sur la "démocratie globale" : Seule la lutte contre l'impérialisme avec la perspective de la construction du socialisme et de son développement complet en communisme, seul le cours qui a débuté avec la Grande Révolution Socialiste d'Octobre est l'avenue qui mènera l'humanité à l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme, à la satisfaction des besoins contemporains des peuples.

 

La réorganisation du mouvement communiste international, la sortie de la situation de crise et de retraite actuelle, la formation d'une stratégie unifiée sur les bases du Marxisme-léninisme de l'internationalisme prolétarien est une tâche immédiate, dont la résolution est une exigence dans les conditions actuelles de la lutte contre l'union globale du capital. La lutte internationale anti-impérialiste et anti-guerre est importante aujourd'hui pour le mouvement communiste. En même temps, l'une des tâches fondamentales est la lutte incessante contre l'opportunisme et le révisionnisme dans toutes leurs formes. Ils constituent le danger fondamental pour le mouvement communiste.

 

Les révolutions n'ont pas de frontières, elles n'ont pas été mises à exécution selon la volonté des dirigeants et des partis, mais elles sont l'expression des tendances inégalées de toute classe progressiste, des peuples opprimés et exploités afin de bénéficier des produits de leur labeur, pour le développement des forces productives de la société, la création de valeurs intellectuelles et matérielles par tous.

 

Les idées et l'oeuvre de la Grande Révolution d'Octobre doivent vivre pour des siècles!

 

Travailleurs et peuples exploités et opprimés soulevez-vous et combattez!

 

Longue vie à la Révolution Soviétique Socialiste!

 

 

 

 Les partis suivants ont signé cette déclaration:

 

Parti communiste d'Azerbaïdjan

 

Parti communiste de Grèce

 

Parti des ouvriers communistes de Hongrie

 

Parti socialiste de Lettonie

 

Parti communiste du Mexique

 

Parti des ouvriers communistes de Russie- Parti de la Révolution des communistes( RKRP-RPC)

 

Parti communiste Syrien

 

Parti communiste du Tadjikistan

 

Union des communistes d'Ukraine