Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Deuxième jour de grève en Grèce Hier 7 novembre 2012, des milliers de personnes ont participé aux manifestations organisées en Grèce par les syndicats de classe PAME

Publié le 8 Novembre 2012 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

Publié en Anglais par le site internet de solidnet, l'article ci-dessous décrit  les manifestations en Grèce qui se sont déroulées au moment même où le parlement de ce pays engageait un débat et un vote sur le 3ème Mémorandum :

 

*  Hier La démonstration de PAME à Syngtama fut impressionnante 

* Le gouvernement a organisé la répression étatique  de la manifestation

* La bataille se poursuivra sur les lieux de travail avec toujours plus de détermination

 

Au moment où au sein du parlement les partis bourgeois appelaient le peuple à la soumission afin de sauver les monopoles et qu'ils préparaient le train de mesures barbares anti-ouvriers du 3 ème Mémorandum, des dizaines de milliers de grévistes et manifestants de la classe ouvrière et des familles populaires ont fait entendre leurs voix à travers tout le pays: " Travailleurs vous ne devez pas accepter cet esclavage moderne, vous pouvez abolir toutes les lois et les patrons." Et " Pas de sacrifices pour la ploutocratie, l'oligarchie doit payer pour la crise." 

 

A Athènes, des dizaines de milliers de manifestants se sont déversés dans Singtama en ce second jour consécutif. Après l'encerclement du Parlement par le PAME le vendredi, des milliers de personnes de partout sur l'Attica sont partis de Omonia pour se rassembler au centre d'Athènes, en manifestant avec des drapeaux du PAME. Ils ont répondu à l'appel des fédérations de plusieurs secteurs, les unions syndicales et les syndicalistes rassemblés dans les rangs du PAME,  et également aux appels des artisans et des petits commerçants (PASEVE), les étudiants du MAS et les femmes de l'OGE. 

 

La massive manifestation s'est étendue à travers les artères centrales de Syngtama Square. Les mots d'ordre n'ont pas cessé une seconde même pendant la pluie torrentielle, chacun est resté en place, et les voix s'élevaient plus fortes: " Ici avec la lutte de classe, parce que nous ne pouvons pas vivre avec 400 euros".

 

La mobilisation du PAME demeura organisée contre l'opération d'intimidation qui fut une fois de plus mise en place. Ce fut un plan sauvage de violence et de répression organisé par l'état contre les manifestants, un plan que la Secrétaire générale du Parti communiste de Grèce (KKE), Aleka Papariga, a dénoncé à la tribune du parlement et qui a souligné entre autres :" Il est impossible pour cette orientation politique qui se poursuit  et ces mesures qui sont en route qu'elles ne soient pas  accompagnées de la violence d'état, de la répression et de l'autoritarisme, mais mes remerciements à la résistance populaire au plan qui a recours à l'intervention militaire quand il y a des grèves, des occupations afin qu'elles ne soient pas poussées de l'avant. La violence est toujours plus forte sur les lieux de travail. Nous la voyons à Singtama Square  et nous la dénonçons. Mais sur les lieux de travail où elle est toujours plus grande elle continue d'être inaperçue, quand les employeurs transportent les travailleurs contre leur volonté dans des cars et  sous la menace du licenciement ils commencent à travailler à  2 heures du matin avant que les piquets de grève se mettent en place. Il n'y a pas de commentaire à ce sujet! Il y a malheureusement une sensibilité sélective pour la plus grande partie des composantes du parlement. La violence grandira, nous le savons très bien, vous n'êtes pas persuasifs sans violence, et à partir de ce point de vue la situation est très sérieuse. Vous trouverez des prétextes pour attaquer les manifestations. Et si vous ne les trouvez pas, vous les créerez, nous disons cela en étant pleinement conscient de la situation."

 

Face à l'usage extensif des grenades lacrymogènes et des canons à eau, les manifestants ont renforcé leur détermination et leurs slogans.

 

Les forces du PAME sont demeurées organisées pendant des heures jusque tard dans la nuit dans les avenues centrales et autour de Syngtama, en dépit de la pluie drue. Ils ont démontré une fois de plus que la lutte de classe organisée et bien protégée a la force de démanteler les plans de l'état bourgeois.

 

Le groupe parlementaire du KKE à l'intérieur du Parlement a exposé le caractère de classe des mesures tandis que la secrétaire générale du comité central de KKE a mentionné entre autre choses: " En aucun cas le peuple doit soutenir les intérêts d'une section des groupes d'affaires contre les autres. Cela signifierait la défaite du mouvement pour plusieurs années." Dans son discours la SG du CC de KKE a présenté les axes fondamentaux suivants:

 

* L'offensive est une fois de plus unie contre les salariés, les artisans, les paysans pauvres. Le gouvernement présente un projet de loi avec le désir d'assurer la récupération du profit du capital et des investissements.

 

* Aujourd'hui deux formules politiques luttent l'une contre l'autre. D'un côté la formule de SYRIZA et de l'autre côté celle du parti de la Nouvelle Démocratie (ND), avec les différentes variantes que le PASOK et la Gauche Démocratique ont. Celles-ci sont dominantes parmi le peuple,  ce qui signifie qu'elles dirigent une section du peuple pour être ensemble avec une section de la classe bourgeoise et l'autre section du peuple pour être ensemble avec une autre section de la classe bourgeoise.

 

* Une voie  en dehors favorable au peuple signifie l'abolition des monopoles et le retrait de l'Union Européenne. Ceci signifie le renversement du pouvoir politique des monopoles. Il n'y a pas d'autre voie favorable au peuple sans cela pour sortir de la crise .

 

Il devrait être noté que la discussion au Parlement en ce qui concerne les nouvelles mesures anti populaires a été menée lors du  95 ème anniversaire de la Grande Révolution d'Octobre. Aussi le premier Ministre Samara, dirigeant du Parti ND de l'aile droite a choisi d'attaquer le socialisme, nous le savons, avec de la  haine et des mensonges, en parlant de "totalitarisme" et un "manque de démocratie et d'investisseurs". En tout cas, l'attaque de Samara, qui a reçu la réplique qu'il méritait de la part des parlementaires de KKE, confirme une chose: que les conditions de l'aiguisement de la crise et la pourriture du capitalisme, sa peur du véritable opposant, l'autre voie de développement qui a commencé avec la construction socialiste du précédent siècle, les hantent qu'ils soient réveillés ou endormis.

 

La position de SYRIZA au Parlement était aussi révélatrice. Se concentrant sur des questions de procédure et avec sa propagande au sujet de la "déviation" de la démocratie, SYRIZA  a soutenu une formule pour la gestion du capitalisme en demandant au gouvernement de placer "des limites claires pour la négociation". Il a démontré sa passion pour l'Union Européenne (UE) quand il a mentionné que " la ligne politique de Madame Merkel  est ce qui nous isole de l'Union européenne". Dans l'essence il a défendu qu'un simple changement de gouvernement est suffisant pour améliorer les vies des travailleurs, sans des ruptures avec l'UE et le système capitaliste.

 

A la fin 153 ont voté en faveur et ainsi le 3 ème Mémorandum est passé. Sur la base des résultats il a été annoncé que 6 parlementaires du PASOK et 1 de la ND ont été expulsés. 

 

Plus de mobilisations militantes prendront place, ainsi  la lutte avant tout dans les lieux de travail sera renforcé à compter de ce jour et par la suite, afin que encore plus de travailleurs puissent devenir actifs et organisés dans la lutte pour le renversement de la ligne politique anti-peuple. Un renversement qui n'aboutira pas par une simple grève ou mobilisation, mais par une lutte solide jusqu'à ce que le peuple parvienne à une totale rupture avec l'UE et les monopoles.

 

 

(traduit de l'Anglais par la rédaction du Lien)