Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Grèce: Pas de tolérance au nouvel accord pris entre le gouvernement et l'UE pour prolonger le mémorandum

Publié le 26 Février 2015 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

Déclaration du BP du CC de KKE

 

 

Le nouvel accord que le gouvernement de coalition  SYRIZA-ANEL a signé avec l'UE, la BCE et le FMI, est à la fois dans la forme et dans le fond une prolongation  du mémorandum et les engagements fournis à son égard, une continuation de la ligne politique anti-peuple des précédents gouvernements de ND et PASOK. Cet accord et la liste des réformes renferment toutes les mesures qui sont négatives pour les travailleurs. Ce sont des mesures qui ont été prises par le capital, ses gouvernements, ensemble avec l'UE dans les moments  de la crise économique, des mesures qui facilitent la récupération de la rentabilité capitaliste, c'est à dire, toutes ces choses qui ont saigné  à blanc les Grecs  dans les précédentes années et qu'ils ont combattu: la stricte surveillance et l'évaluation par la troïka qui est maintenant appelée "les trois institutions", l'observation et l'extension des directives anti-ouvrières et anti-peuple. 

 

Cet accord confirme que les négociations même dénommées "dures", qui sont conduites dans le cadre de l'UE avec leur objectif  la récupération capitaliste, ont toujours des résultats anti-peuple. La prétendue " fierté" de la négociation fut une  arnaque publicitaire .

 

S'il y a une révision du précédent programme, par exemple, de plus bas excédents primaires, ils ne seront pas faits pour soulager le peuple, pour augmenter les salaires, les pensions, les acquis sociaux mais dans le but de sauver les ressources de l'Etat qui seront  encore utilisées pour soutenir le capital, ses investissements et sa rentabilité, comme aussi pour payer les créditeurs. Les employés, les sans emploi , les employés à leur compte, les paysans pauvres et les pensionnés seront conduits  à payer le prix de toute récupération, à travers la poursuite de l'austérité, que le gouvernement appelle la "vie frugale". 

 

Même les miettes, principalement pour ceux qui vivent dans  la pauvreté absolue, qui sont promises par le gouvernement dans son programme, sont jetées en l'air et dépendront de l'accord avec les partenaires avec la condition préalable qu'elles ne mettront pas en danger la discipline fiscale, la récupération de l'économie et la rentabilité des grandes affaires. 

 

Pour cette raison ND, PASOK, les autres partis et les forces qui soutiennent le système , comme SEV ( la fédération hellénique des entreprises), qui ont misé sur la ligne politique anti-peuple dans les années précédentes, ont salué l'accord du gouvernement comme étant quelque chose de positive. 

 

Le gouvernement de SYRIZA-ANEL  présente le nouvel accord comme le résultat de la volonté populaire et le soutien du peuple à la ligne politique du gouvernement. Il cherche à abuser et à imposer la responsabilité des compromis des accords anti-peuple avec l'UE sur le peuple. Il essaye de manipuler le mouvement ouvrier populaire, pour transformer les personnes en  majorettes, pour les convaincre qu'elles doivent continuer leurs  sacrifices et à se compromettre avec des miettes de beurre. 

 

Il ne doit y avoir ni soutien ni tolérance pour le gouvernement qui continue sur la même voie des engagements à l'UE et à la rentabilité des monopoles. Pour cette raison  il étiquette les besoins du capital et le  chemin qui sert celui-ci comme un problème "national". Néanmoins ceci n'est pas dans les intérêts du peuple. En aucun cas, les personnes en ont eu l'expérience, c'est à dire,  les "objectifs nationaux" des gouvernements et du capital ont toujours mis un terme aux droits des travailleurs qui ont été sacrifiés sur une grande échelle.

 

Ceux qui ont espéré quelque chose de meilleur ne doivent pas être désillusionnés, ils doivent réagir. Ce qui est même plus important est qu'ils ne doivent pas renoncer à l'objectif d'une abrogation réelle du mémorandum, de l'application des lois, des restructurations anti-peuple. Ils ne doivent pas renoncer à la lutte pour compenser leurs pertes. 

 

Le désir du peuple de s'affranchir de la ligne politique anti-peuple qui est mise en application via le mémorandum, de s'affranchir des mesures et des superviseurs, peut acquérir  un contenu réel quand le peuple lutte pour regagner ce qu'il a perdu, avec les revendications suivantes:

 

* des mesures immédiates pour soulager les familles des couches populaires et pour protéger les sans emploi.

 

* Le retour au 13 ème  et 14 ème salaire, l'application obligatoire des conventions collectives et l'abolition des mesures qui attaquent les droits du travail.

 

* Un retour immédiat réel via la législation du salaire minimum à au moins 751 euros pour tous, sans exception et restrictions, comme une base pour des augmentations ultérieures des salaires.

 

* Le retour aux 13 ème et 14 ème mois de  pensions et l'abrogation de toutes les mesures anti-peuple qui ont diminué les pensions et augmenté l'âge de départ à la retraite. En même temps ils doivent revendiquer le retour à ce qui a été volé dans les fonds de réserve  de la sécurité sociale afin  que la ploutocratie et l'Etat  satisfont  immédiatement leurs obligations de paiement aux fonds.

 

* La libération des familles populaires des lourds impôts, l'abrogation de ENFIA ( le nouvel impôt sur la propriété) et l'impôt de solidarité, l'abrogation de la taxe sur la valeur ajoutée aux produits de base consommés par le peuple, l'abrogation de la taxe sur la valeur ajoutée  et les autres taxes sur le gaz-oïl et le gaz naturel,  l'augmentation du seuil de l'impôt à 40 000 euros pour chaque famille et une augmentation simultanée de l'impôt sur le capital. 

 

* Pas de saisies des demeures principales ou secondaires des familles des couches populaires. Annulation des intérêts sur les dettes, réduction drastique des remboursements des emprunts des ménages populaires.

 

* Une augmentation des dépenses exclusivement pour l'enseignement public, la santé et le bien être. 

 

La classe ouvrière et le peuple peuvent réaliser ces choses en organisant leur lutte et leur alliance, en combattant pour une autre voie de développement qui servira les intérêts actuels du peuple, avec le désengagement de l'UE, l'annulation unilatérale des dettes, avec la socialisation des monopoles et avec le peuple tenant les rênes du pouvoir. 

 

C'est le chemin  pour le peuple Grec  afin de saisir une véritable fierté et une attitude digne. 

 

Le KKE appelle le peuple d'Athènes, du Pirée et de la région de   l'Attique à manifester, le vendredi 27 février à 19 heures à Syngtama Square. L'orateur principal sera Dimitris Koutsoumpas , le Secrétaire général du CC de KKE.

 

Le BP du CC de KKE 

 

Athènes le 24/02/2015