Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

La crise politique en Turquie s'approfondit avant les élections locales

Publié le 14 Février 2014 par Lien-pads in 7- INTERNATIONAL - Moyen Orient

Ci-dessous nous publions une analyse de la situation en Turquie du Bureau International du Parti communiste de Turquie, tradut de l'anglais par la rédaction du "LIEN":

L'AKP a été le parti au pouvoir de Turquie durant les 11 dernières années. Comme l'AKP représente les intérêts de la classe capitaliste, ses principales orientations politiques sont taillées selon ses intérêts et sa collaboration avec l'impérialisme comme tous les gouvernements précédents. Les politiques réactionnaires de l'AKP sont mêlées aux partisans du marché et l'islamisme pro-impérialiste. Il est important de noter que l'AKP en tant que parti au pouvoir tient une place spéciale dans l'histoire de la République. L'AKP avait officiellement pour mission de transformer la République Kémaliste séculaire de 1923 en une nouvelle république islamiste néo-libérale. Une complète privatisation des ressources publiques , et par dessus tout une attaque de la classe ouvrière avec des politiques assassines néo-libérales sur le front économique, pleinement conformes avec les diktats de l'impérialisme US

et de servilitéà ses intérêts dans la région sur le front de la politique étrangère étaientles attributs définis de cette nouvelle République. Soutenu par le capital international, l'AKP était en mesure demaintenir l'économie, conservant les effets de la crise économique globale au minimum possible.

 

Promu comme un "allié stratégique" dans le "Projet du Grand Moyen Orient" par l'Administration US , l'AKP a vite déployé un changement dramatique dans ses politiques étrangères. Marqué comme Néo-Ottomaniste , la politique étrangère de l'AKP fut dominé par une vision sunnite néo-ottoman qui laconsidérait un droit naturel et historique pour la Turquie de dominer les régions du Sud. Comme partie de cette nouvelle politique agressive et en ligne avec les intérêts US dans la région, l'AKP a commencé d'agir plus hardiment envers la crise Syrienne. Au travers de la crise, l'AKP a fourni un abri, un financement et des armes aux groupes terroristes qui combattaient le gouvernement Syrien.

 

La coalition de l'AKP et du mouvement Gülen

 

Sur le front intérieur, l'AKP a consolidé différentesnombreuses sectes religieuses dans une coalition d'alliés. Il y aun allié particulier qui apparaît parmi ces communautés religieuses avoir joué un rôle principal dans la transformation de la République : Le mouvement Gülen. Le mouvement est connu par des milliers de religieux et des écoles qu'il couvre à travers 140 pays y compris la Russie et les anciennes républiques soviétiques de l'Asie centrale. Il a aussi de substantiels investissements dans les média, la finance, et dans les cliniques de la santé orientées vers le profit. Conduit par Fethullah Gülen, un prêcheur islamique qui réside aux USA, le prétendumouvement reçoit des sommes massives des financements de la CIA . Certainesécoles du mouvementen Russie ont été fermées parce qu'elles seraient des façades de la CIA.

 

Avec son organisation religieuse à l'intérieur des rangs des institutions critiques de la République, le mouvement Gülen a joué un rôle d'instrument dans l'effort de former la nouvelle République.

 

La transformation de la République kémaliste en une République islamiste, néo-libérale

 

Quandl'AKP et ses alliés de la coalitiondirigée par le mouvement Gülen gagnèrent une place forte dans le mécanisme de l'Etat, ils ont alors commencé une impitoyable liquidation des éléments kémalistes de l'Etat. Dans le nouveau régime; après avoir gagné le contrôle de la plupart des universités, la coalition de l'AKP se dirigea vers la justice donnant au mouvement Gülen beaucoup plus le contrôle de la justice et également de la force de police. Dans le but de pacifier l'armée, qui avait été bien avantactive sur la scène politique, l'AKP a initié maints procès publics comme Ergenekon et Bayloz. Encouragé comme un effort démocratique pour nettoyer l' " Etat profondément" , ces procès non seulement ont aidé l'AKP dans l'arrestation d'un lot de gros bonnets militaires, qui pouvaient être des problèmes potentiels pour le nouveau régime, mais ils furent aussi un outil commode pour l'AKP afin d'étouffer et supprimer toutes formes d'opposition. Condamnés à la détention sur des témoignages fabriqués et des inculpations incongrues, la majorité des défendeursqui furent condamnés étaient des journalistes, des écrivains, des juristes et des officiers de l'armée d'un large éventail idéologique y compris des laïques, des Kémalistes, des socialistes et des communistes.

 

L'effondrement de l'alliance entre l'AKP et le mouvement Gülen

 

Dans la récente année, toutefois, l'AKP a perdu enfaveurdans les rangs de l'impérialisme US et européen en termes de sa crédibilité et fiabilité comme gouvernement durable. Tenant compte de ses raisons, derrière le déclin de l'AKP doivent être soulignées deux échecs:

 

Le premier fut l'effondrement total de la politique étrangère de l'AKP en Syrie et la friction sur l'utilité du soutien des éléments de l'opposition directement liés à Al-Qaïda.

 

Le second échec fut l'incapacité du gouvernement de contrôler les incidents qui ont conduit les gens à se révolter en Juin contre son oppression plus étendue et son pouvoir autoritaire à l'intérieur, la religiosité de la vie sociale. Des millions de personnes sont sortis dans les rues demandant la démission du gouvernement . Il devint évident pour chacun, y compris pour la classe au pouvoir aux Etats Unis que l'AKP aurait de grandes difficultés à diriger le pays sans créer une plus profonde crise. La seule force qui empêcha le gouvernement de partir fut la seule direction fasciste d'Erdogan.

 

Suite à ces deux échecs du gouvernement de l'AKP l'alliance entre l'AKP et le mouvement Gülen, en dépit de turbulences diverses et mineures et les crises, a été maintenue successivement pendant des années. Mais ellea aussi commencé à se défaire.

 

Le 17 décembre : l'enquête sur les pots de vin contre l'AKP conduite par le Mouvement Gülen 

 

Le 17 décembre, conduite par l'administration US,l'enquête sur la "corruption" fut déclenchée sur l'AKPpar les procureurs, les juges et la police affiliés au mouvement Gülen. Dans le but de contrecarrerl'enquête, l'AKP a immédiatement répondu en remplaçant les procureurs et chefs de la police pro-Gülen par des loyaux à Erdogan et ont interrompu le processus judiciaire dans le but de couvrir la corruption. Les règlements du Ministère de l'intérieur et du Ministère de la Justice furent changés contraignant les forces de sécurité à informer leurs supérieurs de leurs actions à tous moments afin que l'AKP ne soit pas prise au dépourvu la prochaine fois. Le Conseil d'Etat a rejeté plus tard ce règlement parce qu'il était en violation du principe constitutionnel de la "séparation des pouvoirs".

 

La seconde vague de l'opération enquête fut initiée à Izmir le 7 janvier. Mais elle fut interrompue après que les membres de la police impliqués dans l'opération furent retirés de ce cas. Selon les demandes, le fils de Recep Tayyip Erdogan Billal Erdogan était sur la liste des noms, qui aurait été retenue dans la seconde vague de l'interrogation sur les charges de corruption.

 

Afin de gagner le contrôle complet de la justice, l'AKP a maintenant misen cours une mesureafin de posséder le " Conseil suprême des juges et des procureurs publics", HSYK, et ainsiêtre en mesure de superviser le Ministère de la justice. HSYK est l'organe responsable pour la nomination des juges. Il est composé de 27 membres. L'opposition et le HSYK ont déclaré à la fois cette loi inconstitutionnelle car elle éliminerait complètement la séparation des pouvoirs entre le gouvernement et la justice. Les officiels de l'Union Européenne ont aussi mis en garde le gouvernement contre le passage d'une telle mesure, mais il ne semble pas qu' Erdogan reculera.

 

Les camions de l'AKP transfèrent des armes en Syrie

 

Le 1er janvier 2014 , dans la province du Sud Hatay, agissant sur le renversement d'un camion,la gendarmerie qui l'a intercepté a découvert un stock d'armes et de munitions transporté vers la Syrie. Selon les rapports, la gendarmerie a découvert qu'il y avait à l'intérieur du camion des officiers du MIT (Organisation Nationale Turque de l'espionnage) . Malgré le mandat de perquisition émis par le Procureur de la République du lieu, la recherche a été arrêtée après la réception des ordres écrits du gouverneur de l'AKP à Hatay . Il a été déclaré que le camion a été loué par IHH ( Fondation du secours humanitaire). IHH qui est sous la surveillance de l'AKP, est accusée d'utiliser l'argent récolté parmi le public sous le prétexte de secours humanitaire pour envoyer des provisions aux groupes d'Al-Qaïda en Syrie.

 

Citant l'article 26 de la loi concernant le MIT('Organisation nationale Turque de l'espionnage), le Premier MinistreErdogan a déclaré que l'auteur de la poursuite n'avait aucune autorité d'émettreun mandat de perquisition sur le camionvu que l'enquête exigerait une permission spéciale du premier Ministre.Le Premier Ministre a délibérément enfreint à l'application de la loi du MIT dans cet incidentdans le but de couvrir l'acte illégal du transfert d'armes à des groupes terroristes combattant en Syrie. La loi en question indique que la permission du Premier ministre est requise pour une enquête criminelle qui doit être initiée sur du personnel du MIT ( l'Organisation Nationale Turque de l'espionnage ) suspecté d'activité illégale mais que la recherche de la vérité pour prouver l'activité illégale n'est pas soumise à la permission du Premier Ministre.

 

Le 14 janvier, la police turque conduit une opération simultanée dans six provinces contre Al-Qaïda. Une branche locale de IHH (Fondation de secours humanitaire) à Kilis fut aussi l'objet de ce raid. A la fin cinq personnes aux liens présumés à Al-Qaïda, y comprisune employée de l'IHH furent arrêtées. Pendant les heures de l'opération, le gouvernement a démis de leurs fonctions deux chefs de la policeparmi les équipes qui effectuèrent l'opération. Le 7 novembre de l'année dernière, un camion semblable présumé loué par IHH avec une cargaison de têtes de Roquettes, de bazookas, de missiles, de bombes et de canons a été saisi par la police dans la province du sud d'Adana près de la frontière Syrienne.

 

Les incidents ont incité un débat en Turquie. Depuis l'acte de transfert des armes à un groupe de gangs armé combattant dans un pays voisin est essentiellement une déclaration de guerre contre ce pays. Ce n'est pas seulement un acte deviolation claire du 92 ème article de la Constitution de la République de Turquie qui déclare que l'autorité pour déclarer la guerre appartient à la Grande Assemblée Nationale de Turquie mais il pourrait être aussi qualifié de "crime de guerre" et de " crimes contre l'humanité" basés sur des précédents jugements de la Cour criminelle internationale.

 

Nouvelles options examinées par les USA 

 

Il y a bien une réelle et profonde crise de gouvernance et l'AKP d'Erdogan n'a pasnon plus le contrôle sur tout le mécanisme de l'Etat. Par une majeure réorganisation dans la justice et la force de police, l'AKP a tenté de reprendre le contrôle de ces deux institutions. A présent dans le pipeline, il y a probablementplus de fuites mortelles, semblables au pot de vin de l'enquête du récent incident du camion, en attendant que soit causé un dommagepar "l'Etat parallèle", et aussi le mouvement Gülen auquel Erdogan se réfèremaintenant.

 

Aux yeux de l'impérialisme, il peut aussi être dit qu"Erdogan est dépassé, si ce n'est pour tous les cadres de l'AKP. Conduit par les Etats Unis, les pays impérialistes sont à la recherche de nouvelles formules, qui , lors du remplacement de l'AKP,permettraient encore la poursuite des principales caractéristiques du régime de l'AKP. Une option potentielle examinée est le concours du CHP, le principal parti d'opposition et le mouvement Gülen. Il est connu que que Kemal Kiliçdaroglu, le dirigeant du CHP, a récemment conduit des négociations avec des associations liées au mouvement Gülen. C'est aussi la raison pourquoi il y a un visible et récent changement du CHP.Cela peut être vu avec le choix des principaux candidats du CHP aux prochaines élections locales. Le candidat d'Istanbul est connu pour ses forts liens avec le mouvement Fethullah, le candidat est un ancien membre du MHP ( MHP est le parti nationaliste de droite) et le candidat de Antakia est l'ancien maire AKP que l'AKP n'a pas choisi pour le présenter. Il peut être dit que les prochaines élections locales seront une bonne base d'un test des impérialistes en vued'expérimenter de nouveaux acteurs du futur gouvernementde la Turquie.

 

Le mouvement kurde d'un autre côté devra attendre lavictoire finaledu combat entre l'AKP et le mouvement Gülen pour prendre toute position claire, une manière d'attendre pour voir. En même temps, ils ne peuvent brûler les ponts avec Erdogan? Tout d'abord ils prennent une position qui implicitement défend l'AKP contre le mouvement Gülen. Et lors del'effondrement du gouvernement del'AKP ils signifierontla fin du prétendu processus de paix Kurdeconduit par Erdogan. Cependant, comme le mouvement Kurde a été témoin de la souffranceet de la cruauté du combat, il a adopté tardivement une rhétorique plus méfiante.

 

 

Bureau International du Parti communiste de Turquie