Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme avec le peuple Sahraoui dans son combat pour ses droits nationaux

Publié le 19 Février 2013 par Lien-pads in 6- INTERNATIONAL - Afrique

Nous publions ci-dessous la déclaration du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme après la condamnation prononcée par le Tribunal militaire de Rabat à l'encontre de 9 prévenus du groupe des 24 prisonniers politiques sahraouis: 

"A l'issue d'un simulacre de procès, le Tribunal militaire de Rabat a condamné neuf prévenus du groupe des 24 prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik à la réclusion à perpétuité, quatre à 30 ans de prison, huit à 25 ans et 2 autres à 20 ans d’emprisonnement. Le verdict inique et illégal a été prononcé dans la nuit de samedi à dimanche derniers. Deux autres prévenus ont écopé d'une peine de prison correspondant à la durée de leur "détention préventive". On ne sait s'ils ont été relâchés. Ils ont tous été poursuivis sous l'accusation fausse et ridicule "d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, la formation d’une bande criminelle et d’attaque des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions régulières", griefs typiques de toute puissance occupante.

"Les 27 Sahraouis croupissaient depuis 27 mois dans les geôles de l'occupant marocain où ils avaient subi de graves sévices physiques et moraux. Ils avaient été arrêtés à la suite de la répression de la manifestation pacifique du camp Gdeim Izik, près d’Al-Ayoun dans le Sahara occidental occupé. 40 000 réfugiés sahraouis s'étaient installés dans ce camp. Ils en avaient été délogés à la suite d'une répression sauvage.

 

"Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme dénonce ce procès et ne lui reconnaît aucune légalité. Il exprime sa solidarité avec les détenus et leurs familles, avec le combat du peuple sahraoui pour la liberté et son droit à l'autodétermination. Il condamne la complicité des puissance impérialistes et notamment du gouvernement français qui soutient ouvertement et au mépris du droit international la politique d'occupation colonialiste du Sahara occidental par le régime royal marocain. Il dénonce le silence du Conseil de Sécurité sur ce déni des droits du peuple sahraoui.

 

18 février 2013"