Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Pour une forte opposition ouvrière et populaire en Grèce: une déclaration du comité central de KKE

Publié le 29 Janvier 2015 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

 

 

 

Le comité central du Parti communiste de Grèce s'est réuni pour examiner le résultat des élections. Dans sa déclaration, il salue les milliers de membres, d'amis et de soutiens du Parti et de La Jeunesse communiste, les alliés et les électeurs qui ont combattu, se sont mobilisés pour contribuer au renforcement du KKE.

 

Le KKE a obtenu 338.138 voix (5,5%) et a vu une augmentation de son pourcentage (+1%), des voix 

(+61 000) et de ses élus au parlement (+3) par rapport à son pourcentage de voix et de ses élus aux élections de juin 2012. A ces élections de 2015 il a obtenu l'élection de  15 candidats au parlement.

 

Le comité central de KKE estime que le changement de gouvernement et particulièrement le nouveau gouvernement de SYRIZA ne constitue pas un changement politique en faveur du peuple. La coalition gouvernementale de la "gauche" SYRIZA et de la "droite" du parti nationaliste ANEL, qui a été l'objet de tractations à un moment (avant les élections) poursuivra les engagements anti-peuple du pays pour l'UE et  les emprunteurs, l'OTAN et il les poursuivra au service du grand capital et bien sûr cela fournira un ballon  d'oxygène au système politique bourgeois qui cherche à   intégrer plus profondément le peuple au système. Le système politique bourgeois tentera d'accomplir cela via sa recomposition et à un moment crucial pour le peuple et son mouvement. 

 

Le KKE, conséquent avec ce qu'il a dit avant les élections, ne va pas soutenir ou tolérer le nouveau gouvernement. Il utilisera le rassemblement des forces, qui s'est déployé dans cette phase, pour faire ce qu'il a promis au peuple de faire. Ainsi il y a une forte opposition ouvrière et populaire en faveur du peuple et également au parlement, avec ses propositions, mais par dessus tout dans le mouvement dans le but de renforcer l'alliance populaire aujourd'hui et dans le futur. 

 

Le KKE fait appel à  tous ceux qui ont voté pour lui, car ils ont apprécié sa fermeté, sa cohérence et son désintéressement, son militantisme dans la lutte pour les intérêts des travailleurs, même s'ils ne sont pas d'accord avec toutes les positions du KKE afin de poursuivre et se joindre à lui dans les luttes quotidiennes et plus généralement dans le combat pour que le peuple prenne le pouvoir complet. 

 

DÉCLARATION du CC  DE KKE SUR LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS PARLEMENTAIRES DU 25 JANVIER 2015

 

1. Le comité central salue les milliers de membres, d'amis et de soutiens du parti et de KNE, les alliés et les électeurs qui ont combattu, se sont mobilisés et ont contribué au renforcement du KKE. Le KKE a obtenu une augmentation de son pourcentage (+1%) de votants (+61 000) et d'élus au parlement (+3) par rapport à son pourcentage, aux votants et aux parlementaires élus aux élections de juin 2012. A ces élections il a obtenu 15 sièges au parlement. La tendance positive pour se rassembler autour du KKE, la récupération des voix perdues et le gain de nouvelles ont été confirmées.

 

En particulier nous voulons saluer les électeurs qui ont voté pour le KKE pour la première fois, parce qu'ils ont apprécié sa fermeté, sa cohérence et son désintéressement, son militantisme dans la lutte pour les intérêts des travailleurs, même s'ils ne partagent pas toutes les   positions de KKE.

 

Nous faisons appel à tous ceux qui ont accompli un pas positif et ont voté pour KKE pour la première fois de continuer et de nous rencontrer dans les luttes quotidiennes, dans les syndicats, les lieux de travail, la jeunesse, le mouvement. De se joindre à nous afin de lutter pour les revendications, la récupération des pertes et plus généralement dans le combat pour des changements au niveau du pouvoir. C'est une priorité immédiate, une responsabilité et un devoir pour le parti de renforcer ses relations, du comité central jusqu'au niveau de chaque organisation du parti, avec tous ces ouvriers, ces retraités et ces jeunes qui ont fait le pas et se sont tenus au côté de KKE, l'ont renforcé aux élections, élargi ses liens avec la nouvelle classe ouvrière et les forces populaires.

 

Les facteurs qui ont modelé les résultats électoraux n'ont pas été juste obtenus dans le dernier mois, dans la période électorale elle-même. L'activité intense idéologique, politique et organisationnelle du parti dans son ensemble et de KNE afin de renforcer idéologiquement nos rangs, notre large environnement, qui a précédé la période électorale  ont une importance particulière et  la primauté. Malgré ses pertes importantes, la stabilité de KKE, particulièrement depuis 2012, dans la promotion de sa stratégie, le front stable de la confrontation, contre le gouvernement ND-PASOK aussi bien contre SYRIZA, en exposant ses mutations constantes, ont contribué considérablement aux résultats d'aujourd'hui. La précieuse expérience de cette activité doit devenir un élément intégral et permanent de l'activité de toutes les organisations de base du Parti, également des organisations de KNE. 

 

2. Les résultats électoraux expriment en général, via les urnes, le grand mécontentement et la colère du peuple envers les partis du ND et du PASOK et de tous ceux qui ont coopéré avec eux, ceux qui l'ont condamné à la pauvreté et au chômage dans la période de la crise économique. 

 

Les résultats électoraux furent créés sous la pression d'un fort courant qui demandait un changement immédiat de gouvernement. 

Le raisonnable "quel gouvernement-quel négociateur" fut  seul  répandu, toujours à l'intérieur des murs de l'UE, loin des problèmes réels du peuple. 

 

Le vote pour SYRIZA fut principalement un vote qui rejetait le précédent gouvernement anti-peuple du ND-PASOK. Ce fut un vote qui fut caractérisé par la diminution des revendications et aussi des illusions sur le caractère de l'UE. Il ne fut pas un vote qui demandait la satisfaction des réels besoins de nos jours  des ouvriers et du peuple. A un degré il fut un vote conditionnel, un vote qui sera révisé en liaison avec le comportement du gouvernement, qui au regard des intérêts contradictoires du capital et des ouvriers sera du côté de l'ancien gouvernement. 

 

A un degré élevé le vote  exprime le faux espoir que le nouveau gouvernement de SYRIZA peut suivre une politique en faveur du peuple. Le gouvernement de coalition SYRIZA-ANEL  poursuivra les engagements anti-peuple du pays pour l'UE et les créanciers et il est évident cela fournira un ballon d'oxygène au système politique bourgeois qui cherche à l'intégrer plus profondément dans le système. Le système politique bourgeois tentera d'accomplir cela via sa recomposition et à un moment crucial pour le peuple et le mouvement. SYRIZA l'a déjà admis qu'il y aurait le lendemain de la formation du gouvernement un accord avec les créanciers. Ce programme, s'il n'est pas nommé mémorandum ou n'a pas la même apparence formelle de l'actuel, contiendra des conditions anti-peuple. 

 

Le programme de SYRIZA n'est pas en faveur des ouvriers, du peuple. C'est un programme qui, à la fois suivant les directions de sa stratégie et ses propositions particulières pour son terme de quatre années, opérera dans le cadre de servir les intérêts des groupes monopolistes, la stratégie de l'UE. C'est un programme qui dit aux gens  d'oublier la récupération de tout ce qu'ils ont perdu et fait seulement les promesses  de certaines miettes à ceux qui vivent dans l'extrême pauvreté à la façon de la " maison pauvre". Et ces miettes s'évaporeront en raison de l'ensemble de la politique anti-peuple. Le programme de SYRIZA, au regard de la majorité des ouvriers et des familles populaires, répartira la pauvreté et le chômage à plus de personnes. 

 

SYRIZA  a également déclaré qu'elle observera les engagements de la Grèce à l'OTAN, à l'alliance stratégique avec les USA. Cette dangereuse particularité dans une période où l'OTAN et l'UE développent toujours plus en avant des facteurs qui minent les droits souverains des peuples, aiguisent la rivalité  pour les marchés et les matières premières, conduisent à rassembler les nuages de la guerre en Méditerranée orientale, au Moyen-Orient, en Ukraine, avec également  la participation de la Grèce. 

 

SYRIZA en particulier nourrit systématiquement la  position trompeuse et entièrement fausse que l'UE peut changer dans une direction positive en faveur du peuple, parce qu'elle se dirige vers une orientation politique avec moins de restrictions, vers la soi-disant aisance quantitative. Pour cette raison, il flatte les mesures de Draghi  et les mauvais liens de l'Etat avec la BCE. Un tel changement n'est pas cependant en faveur du peuple. Il est dans l'intérêt des groupes monopolistes, des banques, des industriels, tous ceux vers qui seront dirigés les financements en paquets mais qui seront limités encore une fois pour les ouvriers. 

 

Le changement de gouvernement symbolise et sert aussi la pression des USA, de la France et de l'Italie sur le gouvernement allemand, dans le but de changer la répartition des limites des profits, en liaison à la gestion de l'endettement des Etats de la zone euro. SEV ( La Fédération des entreprises Helléniques) a aussi soutenu cette orientation pendant la période électorale. 

 

5. Le résultat d'ensemble des élections porte le témoignage de la course pour la réforme du système politique bourgeois, qui a commencé pendant les deux élections de 2012, dans les conditions de la profonde crise économique capitaliste. Cette réforme est nécessaire pour le pouvoir politique des capitalistes, dans des conditions où, en raison de la nouvelle  vague   du chômage massif  et de la pauvreté, la grande  capacité politique de la traditionnelle sociale-démocratie et des partis bourgeois libéraux de manipuler la classe ouvrière et les masses populaires s'est affaiblie, avec le résultat que la rotation normale des gouvernements d'un seul parti entre deux partis ne fonctionne plus. La réforme de la sociale-démocratie s'est effectuée très rapidement. Dans son essence le PASOK a été remplacé par SYRIZA comme un parti de gouvernement, sans que ce dernier ait atteint le niveau d'influence du PASOK. La réforme du courant libéral actuel est encore souterraine, malgré l'importante déchirure des forces nationalistes et fascistes qui s'est déjà opérée. 

 

6. Au regard de KKE, le résultat a été créé dans les conditions où ses forces furent secouées par l'extorsion du dilemme au sujet de l'existence d'un "bon" et un "mauvais' chemin au sein de la zone euro, la perspective d'un changement à "gauche" à l'intérieur de l'UE, ou des illusions qu'un prétendu gouvernement de "gauche" de SYRIZA changera la trajectoire des développements en faveur des forces populaires. 

 

Un facteur négatif crucial pour le rapport des forces, et en conséquence pour l'influence politique du KKE a été et est au regard   de la participation de masse du mouvement ouvrier populaire et de l'orientation. Tant que le mouvement et la participation des ouvriers en lui même demeure à broyer du noir, malgré les initiatives de KKE et des autres forces radicales,  forces ayant une conscience de classe, les plus nombreux sont pour l'attentisme raisonnable, la passivité et le recours à des sauveurs et aux  solutions venant  d'en haut qui n'existent pas et  prévaudront. Dans le cours des événements, la classe ouvrière et les couches populaires, en raison de la réalité elle-même, reconsidéreront les prédictions et les estimations du KKE, se joindront au KKE pour le regroupement du mouvement ouvrier populaire et pour le renforcement de l'alliance sociale populaire.

 

7. Malgré la tendance positive de se rassembler autour de KKE, l'ensemble du rapport des forces reste négatif. Le résultat électoral n'exprime pas une tendance pour l'émancipation de la classe ouvrière et des forces populaires de l'UE, de la voie du capital et des intérêts des monopoles.

 

Une expression de ce rapport négatif des forces a été la troisième place réalisée par le criminel Nazi "Aube Dorée" (AD) , un parti avec une activité particulièrement criminelle, un parti qui a été formé par les mécanismes du système. Il maintient un haut pourcentage, malgré les pertes enregistrées au cours du vote actuel. Une responsabilité particulière pour ce résultat obtenu par AD revient  aux deus partis  du gouvernement ND-PASOK qui a nourri l'anticommunisme, la théorie des deux extrêmes, le bouc-émissaire des immigrés et également l'orientation trouble "anti-mémorandum" promue par SYRIZA qui innocente les réels adversaires du peuple, les capitalistes. Cette organisation criminelle spécifique fasciste  s'est développée sur ce terrain idéologique et politique. Le KKE reste l'adversaire stable au fascisme, précisément parce que le KKE s'oppose au capitalisme dans son ensemble, le système qui créé le fascisme, le nationalisme et le racisme. 

 

Le système des monopoles et leur pouvoir possède encore des réserves dans le but de piéger les couches populaires dans une période où le processus de la réforme de la scène politique n'est pas terminée. 

 

La ligne de la contre-attaque et de la rupture avec la voie de développement capitaliste, l'UE et contre les politiques qui soutiennent cette voie à travers l'intégration et la passivité doit être renforcée parmi la classe ouvrière, la jeunesse et le mouvement. Aujourd'hui le peuple fait  face au mémorandum permanent de l'UE, les buts pour la rivalité et la nouvelle récupération de la rentabilité du capital qui conduit à la toujours plus grande banqueroute du peuple et qui ne peut pas solutionner les problèmes populaires  aigus, tel que le chômage. Le gouvernement de coalition SYRIZA-ANEL et les autres partis servent cette voie anti-peuple et tente de l'enjoliver aux yeux du peuple.  

 

8. Le KKE, conséquent avec ce qu'il a dit avant les élections, ne va pas soutenir ou tolérer le nouveau gouvernement. Il utilisera le rassemblement des forces, qu'il mobilise dans cette phase, pour faire ce qu'il a promis de faire au peuple. Afin qu'il y ait également une forte opposition ouvrière et populaire en faveur du peuple au parlement, avec ses propositions, mais par dessus tout dans le mouvement dans le but de renforcer l'alliance populaire aujourd'hui et pour l'avenir. Dans le but de renforcer les luttes contre l'UE, le mémorandum permanent, les monopoles, le capital et son pouvoir. Ainsi les ouvriers récupéreront leurs principales pertes de la période de crise. Ainsi les groupes monopolistes et le capital, mais pas les travailleurs salariés et  aussi les chômeurs,  paieront pour toutes les miettes qu'ils ont donné aux plus pauvres. 

 

Le KKE augmentera ses efforts et initiatives au sujet des problème aigus du peuple, pour le soulagement des chômeurs et des ménages populaires. Il renforcera ses efforts pour le regroupement du mouvement ouvrier et populaire, pour le développement de la solidarité populaire, pour la construction d'une alliance populaire contre les monopoles et le système capitaliste. 

 

Le KKE continuera à promouvoir parmi le peuple et luttera pour le seul chemin de sortie en faveur du peuple  : avec le peuple au pouvoir, la véritable souveraineté, apte à choisir son propre gouvernement, le gouvernement du pouvoir des ouvriers et populaire, en abolissant la propriété privée capitaliste. Seule la socialisation des moyens de production et des infrastructures peut soutenir une autre voie de développement pour les besoins du peuple, avec la planification centrale, avec des critères entièrement différents pour la distribution des ressources. C'est la voie qui mènera à un contenu favorable au peuple au désengagement de l'UE et à l'annulation unilatérale de la dette. Ainsi le peuple peut développer des relations mutuelles bénéfiques avec les peuples des autres pays. 

 

 

Le CC du KKE  

 

( Source solidnet - traduction de l'anglais par la rédaction du Lien)