Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Questions fréquentes posées au sujet de la Crimée et de l'Ukraine

Publié le 5 Novembre 2014 par Lien-pads in 9- INTERNATIONAL - Europe

Le Parti des ouvriers communistes de Russie a publié les réponses suivantes aux questions fréquentes qui lui ont été posées au sujet de la Crimée et de l'Ukraine:

 

Introduction générale

 

Certains de nos camarades des pays occidentaux nous ont interrogé à de nombreuses occasions afin d'exprimer notre opinion et de donner une information plus détaillée au sujet des événements qui ont eu cours en Ukraine depuis Février 2014, avec comme résultat du coup d'Etat  en Ukraine l'arrivée  au pouvoir d'un régime de nationalistes radicaux, véritables Nazis et une guerre civile qui  a éclaté dans les régions de l'Est du pays où le peuple a décidé de répondre par la résistance à la junte nationaliste de Kiev et de ses sponsors de l'Ouest. 

 

Nous sommes parfaitement avertis que les dirigeants et les médias bourgeois de l'Occident (on ne doit pas également  surestimer l'objectivité des médias bourgeois de Russie comme "Russie d'aujourd'hui") dans la plupart des cas ont fourni là intentionnellement une image déformée des événements réels. Par ailleurs beaucoup de camarades ont été désorientés car souvent ils savaient peu de choses de la Russie pour être en mesure de regarder minutieusement toutes les sources disponibles et certains, même ceux qui connaissaient quelque peu la langue  Russe, ont eu la difficulté de trouver  des sources locales fiables pour comprendre la différence des opinions existant également parmi le public local. 

 

Ici nous essayons de résumer notre correspondance avec les camarades de l'Union européenne et de préparer une sorte de questions fréquentes posées sur le problème.  Certainement , il y a à ce sujet  beaucoup plus de questions qui ne sont pas prises en charge dans ce court essai. C'est pourquoi  nous projetons dans l'avenir d'aborder beaucoup plus de questions fréquentes qui sont posées.

 

Nous espérons que les camarades trouveront utile cette information.

 

1 ère Partie: La Crimée

 

Brève introduction consacrée à l'histoire de la Crimée

 

 

Jamais dans son histoire la Crimée fut un Etat indépendant (avec une probable exception d'un Khanat de Crimée semi-indépendant), ni principalement ni quelque chose de semblable, juste une agréable et confortable péninsule, toujours avec une population mélangée qui a changé à travers les siècles, d'abord colonisée par les Grecs anciens pendant environ 5 siècles avant J.C. Il est erroné de faire valoir encore   que, avant 1954 la Crimée ne  fut  jamais listée parmi les territoires qui forment depuis 1991 l'Etat d'Ukraine.

 

A la fin de la période médiévale la Crimée a été contrôlée par conséquent  par les Byzantins, par les hordes dorées Tartares et le Khanat de Crimée ( avec certaines parties contrôlées aussi par les Vénitiens et les Gènevois)  puis le territoire fut conquis par l'Empire Ottoman au 15 ème siècle.

 

L'histoire moderne de la Crimée commence avec la conquête du territoire par l'Empire russe en 1783 à la suite des guerres Russo-turques du XVIII siècle. Le territoire de la péninsule a été séparé comme Province de Tavric de l'Empire Russe.

 

Après la Grande Révolution Socialiste d'Octobre la République autonome Socialiste Soviétique de Crimée fut créée en 1921 au sein de la République Fédérale Socialiste Soviétique de Russie(R.F.S.S.R). En 1946 le statut de cette république autonome fut changé en une Région de Crimée de la R.F.S.S.R. En 1954 sur décision de N. Khrouchtchev (à l'exception de la ville de Sébastopol qui dépendait directement à Moscou) la Région de Crimée fut incluse dans la R.S.S. d 'Ukraine. Le territoire conserva le statut de Région de Crimée de la RSS d'Ukraine depuis janvier 1991.

 

Concernant la dite "annexion" de la Crimée

 

1. Qu'est-il arrivé au précédent référendum consultative avant l'intégration en 2014 de la Crimée à la Russie?

 

C'est une bien longue histoire.

 

Le premier référendum en Crimée s'est déroulé en janvier 1991(la décision de lancer ce référendum fut prise par le Soviet Suprême de la Région de Crimée de la RSS d'Ukraine en novembre 1990). La question posée àde ce Référendum était rédigé comme suit: " Soutenez-vous la restauration de la RSS autonome de Crimée, cette république étant considérée comme une partie de l'URSS et une participante du Traité de l'Union?". La réponse de la  majorité de la population fut favorable  et plus tard, en Février le Soviet Suprême de la RSS d'Ukraine a confirmé le Statut renouvelé de la Crimée comme une République autonome Socialiste Soviétique.

 

Le vote en faveur (dans quelle proportion?)

 

En 1990 le nombre de résidents de la Crimée ayant  le droit de vote égalait 1 777 841. Ont pris part au référendum 1 441 000 (81,3%). Ont voté en faveur 1 343 885 (93,26%).

 

Le 5 mai 1992 le Parlement de Crimée a proclamé l'indépendance de l'Etat de Crimée et a décidé de tenir un référendum où la population de Crimée était invitée à répondre à la question si elle était en faveur ou contre l'indépendance. Le référendum fut prévu pour Août 1992. Néanmoins, le Parlement d'Ukraine a décrété que la décision du Parlement de Crimée contredisait la Constitution de l'Ukraine (nouvellement "indépendant" d'ici là) et arrêta les pas ultérieurs du Parlement de Crimée. Le résultat fut que la décision de tenir un référendum fut gelée par le parlement de Crimée.

 

En mars 1995 le Parlement ukrainien a annulé la Constitution de la Crimée et a éliminé le poste de Président de La Crimée. En avril de la même année le Parlement de Crimée a décidé de tenir un référendum qui allait demander aux populations locales si elles soutenaient la Constitution de Crimée qui avait été supprimée par le Parlement ukrainien et également la "loi de la Crimée" datant de 1995 qui avait été adoptée par le Parlement ukrainien. Ce référendum n'a jamais eu lieu car le Parlement de Crimée a conclu finalement un accord spécial sur la répartition des responsabilités avec le Parlement ukrainien.

 

En février 2006, le parlement de Crimée a essayé une fois encore de lancer un référendum sur le statut de la langue Russe dans la péninsule (Là il s'agit du droit de l'utiliser pour des objectifs officiels comme langue d'un Etat). Ce référendum a été interdit par les autorités ukrainiennes. Il y eut alors un autre "référendum populaire" qui s'est déroulé et qui n'était pas officiel en 2006 où environ 1 million d'habitants ont voté ici contre les tentatives de l'ancien président ukrainien Yuschenko de rallier l'OTAN."

 

 Qui a organisé ce référendum? Pouvez-vous préciser la date? 

 

Comme les autorités de Crimée refusaient de fournir toute facilité de lancer le référendum, il fut lancé le 6 décembre 2006 dans les rues "par une organisation dénommée "L'assemblée de toute la Crimée". Les organisateurs ont déclaré que 98,7% approximativement 900 mille participants avaient voté contre l'adhésion àl'OTAN.

 

2.Est-il possible de dire que le référendum lui-même (et l'intégration de la Crimée dans la Fédération de Russie) fut en violation de la constitution ukrainienne?

 

Oui c'était contre la constitution ukrainienne étant donné que l'Ukraine indépendante dans les tous débuts (jusque à1991) fut construite comme un Etat unitaire (créé intentionnellement pour conserver ensemble  des paries incompatibles). C'est l'une des raisons principales d'une guerre civile  qui a eu lieu dans cet état créé en 1991.

 

3.Est-il vrai  qu'à cette occasion il y avait une présence réelle de troupes Russes (je veux dire venant de Russie) afin d'assurer le contrôle du référendum et/ou le contrôle de la Crimée? Qu'y-a-t'il au sujet de ce qui est dénommé les"petites compagnies vertes"?

 

Vous devez vous rappeler que depuis le XVIII siècle et jusqu'à présent,  la pulupart du temps la flotte Russe de la mer noire y stationnait la plupart du temps. Conformément au dernier traité avec l'Ukraine qui était en vigueur jusqu'à la réunification de la Crimée à la Russie, en dehors des navires Russes il y avait eu le droit de conserver là environ 25 000 soldats d'infanterie avec des véhicules de guerre et des avions (la Russie paie généreusement pour ce droit l'Ukraine). Bien qu'en fait le nombre du personnel militaire qui stationnait localement était nettement moindre, il n'y avait plus assez d'unités militaires discilplinées et entraînées (il s'est révélé être que l'Ukraine n'avait plus rien ici) pour inspirer un ordre et pour contrecarrer toutes les tentatives de Kiev pour organiser de violentes provocations.

 

Il n'y avait pas un grand besoin pour la pénétration  des bataillons supplémentaires en provenance du continent Russe, bien que je ne peux exclure la possibilité que certaines unités élites aient pu arriver ici du continent pour agir  devant les activités clandestines subversives des Nazis ukrainiens et des services secrets ukrainiens. Il est évident que, avec le soutien de l'ensemble de la population locale et la confusion parmi les militaires ukrainiens, les troupes régulières russes ( c'est à dire, "les petits écologistes" localement nommés "les gens biens") n'ont pas eu le principal rôle dans les événements d'ici : pour commencer avec leur principale tâche fut de rester silencieusement à l'arrière plan, c'est à dire derrière  des militants civils locaux qui ont fait le travail. Néanmoins, certaines sources rapportent qu'un certain nombre d'unités de troupes régulières russes ont cependant parfois pris part pour bloquer les activités et même de désarmer certaines garnisons militaires/navales ukrainiennes en Crimée. De toute façon il fut procédé gentiment et calmement (de là l'origine de leur nomination locale -"les gens biens").Là, il ne fut pas enregistré après  des cas de violents affrontements , qui ne valaient pas la peine  de mentionner (peut-être dans les tous débuts certains l'ont été, mais ils ont été rapidement et résolument supprimés).

 

Vous pouvez facilement comprendre pourquoi les militants locaux furent si bien efficaces et avec succés si vous vous rappelez que depuis l'ère soviétique en Crimée des dizaines de milliers d'officiers retraités de la flotte russe soviétique y sont devenus des résidents -des gens très efficaces, résolus et hautement motivés. Vous ne pouvez pas imaginer le degré de haine de la population locale envers les nationalistes ukrainiens et les autorités nationalistes de Kiev. Elle s'est si accumulée et multipliée depuis 1991. La population locale, principalement à Sébastopol, la plus grande ville d'ici, a toujours perçu les officiels ukrainiens comme des étrangers, comme des envahisseurs qui imposent leur langue, leur vision de l'histoire et leurs valeurs aux Russes locaux.

 

4. Devons-nous comprendre que, au moins officiellement, qu'il n'y a aucun soldat russe venant de Russie qui intervient dans le référendum?

 

Oui, vous le comprenez bien il n'y avait pas des unités russes réellement mentionnées venant de Russie pour intervenir dans le référendum de Crimée ( à l'exclusion peut-être de ceratines petites unités spéciales- citées ci-dessus). Pour débuter, il n'y avait pas la nécessité d'intervenir dans le référendum, en prenant en compte les sentiments prédominants de la majorité de la population dont le besoin unique était seulement de le permettre l'événement  et de bloquer toutes les tentatives de le perturber par des moyens violents -  les autorités de Kiev sont prêtes à étendre et à appliquerla violence. Elle est maintenant tout à fait une évidence à la fois dans les régions de Donetsk et de Lugansk.

 

Un groupe important de troupes russes disciplinées et bien armées qui stationnait déjà là officiellement était plus que suffisant pour offrir le sentiment de sécurité aux militants civils locaux, à leurs dirigeants, dans les rangs des membres du Parlement de Crimée et parmi certains autres officiels locaux, aussi bien pour les aider à prévenir toutes les tentatives de violentes provocations des Nazis (il y avait eu un certain événement avec des personnes tuées au début). Nulle part, en aucune circosntance nous pouvons dire avec exactitud que la présence de troupes s'est manifestée- nous croyons qu'elle fut plus due aux sentiments généraux et à la détermination de la population locale.

 

5. Pouvez-vous me fournir toute information au sujet de l'acceptation populaire de l'intégration à la Russie (de préférence en provenance de sources occidentales)?

 

Certainement, on ne devrait pas oublier qu'ils n'ont pas rejoint l'ancienne URSS mais la Russie capitaliste, encore que si vous les interrogiez directement au sujet de "leur acceptation" ils ne vous comprendraient pas précisément. Leur seule expression qu'ils utilisent est "libération", la réunion avec la Russie, ou "le continent" etc.. Une petite poignée de la population qui a désapprouvé le processus (les officiels qui sont au côté de Kiev, de la hiérarchie militaire de l'armée ukrainienne, les nationalistes ukrainiens) sont depuis longetmps partis pour l'Ukraine, même si dans son ensemble la majorité de l'ancien personnel militaire ukrainien a décidé de rester ici et de se mettre au service des Russes.

 

Il n'est pas probable de trouver une quelconque référence favorable à la Crimée en provenance de sources occidentales. Cela prendra un certain temps plus ou moins long, quand les personnes de Occident reviendront ici (maintenant elles ne le peuvent pas sans une "permission officielle de Kiev" qui ne peut être garantie pour des raisons évidentes). De toute manière ils ne peuvent pas faire semblant indéfiniment que la Crimée fut toujours réellement une partie intégrale de l'Ukraine.

 

Pour terminer avec le thème de la Crimée je peux ajouter qu'à l'opposé des territoires de l'Est et du Sud-Est de l'Ukraine, aucune négociation n'est possible au sujet du statut de la Crimée: Pour  la séparer de la Russie il faut vaincre complètement le pays et le démanteler ce qui est biendifficile à imaginer dans le cas d'une puissance nucléaire;