Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le lien

Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Ukraine et Crimée : Une déclaration du bureau de presse du Parti communiste de Grèce

Publié le 17 Mars 2014 par Lien-pads

 Le bureau de presse du comité central du Parti communiste de Grèce (KKE) a présenté le 14 mars 2014 la déclaration suivante sur les développements de la situation en Ukraine et en Crimée. Cette déclaration a été publiée en Anglais et en Arabe sur le site de Solidnet:

 

"Dés les premiers instants le Parti communiste de Grèce (KKE) a dénoncé l'intervention impérialiste USA-OTAN-UE en Ukraine et le coup d'Etat déclenché par les forces réactionnaires, avec la participation de Nazis. Ils créent des dangers majeurs pour les Ukrainiens. L'attitude de ces forces et leur critique en relation avec les développements en Ukraine et le référendum en Crimée sont un monument d'hypocrisie.  Ce  sont les mêmes forces qui ont joué le rôle dirigeant dans le démembrement de la Yougoslavie, dans la sécession du Kosovo, dans les interventions impérialistes en Irak, en Afghanistan, Libye, dans l'organisation des coups d'Etat contre les gouvernements qui ne leur sont pas liés. Elles ont tenté de faire la même chose en Syrie et elles le font maintenant en Ukraine. 

 

"Notre critère étant les intérêts du peuple, nous considérons que l'assimilation de la Crimée à la Russie ne règle pas cette intervention avec efficacité, ni ne solutionne dans son essence l' un des problèmes réels des habitants de la Crimée, ni ne signifie une quelconque normalisation de la situation ou une solution de paix et de coopération  dans le long terme pour les peuples de la région dans la prospérité et le progrès. La majorité des populations, à la fois en Russie et en Ukraine, souffrent et vivent  dans les conditions de la barbarie capitaliste, que le changement contre-révolutionnaire de 1991 a apportées.

 

"Nous comprenons que les populations  de Crimée, qui dans leur majorité sont d'origine russe et Tatar, sont inquiètes à la suite de la prise du pouvoir par des forces nationalistes et fascistes , dont leurs premières actions furent de cibler les minorités et les communistes, en abrogeant par une loi les "langages régionaux" et en détruisant les monuments antifascistes. Toutefois, le retrait de la Crimée de l'Ukraine et son assimilation à la Russie ne solutionnera pas le changement du rapport des forces contre les forces réactionnaires et fascistes.  

 

"Cela eut été différent si la Russie était un pays socialiste et que la population de Crimée avait fait le choix et demandé l'accession ensemble avec la Russie à une Union socialiste, comme cela eut lieu avec l'accession des pays à l'URSS.

 

"La sécession de la Crimée et son assimilation à la Russie renforcera dans l'avenir le courant nationaliste, à la fois en Ukraine et en Russie. Il prendra au piège des millions de travailleurs dans une confrontation sur des bases de nationalité, en camouflant :les causes réelles du conflit, et aussi bien que la seule solution alternative, qui existe pour les ouvriers et qui se trouve dans l'autre voie de développement, le socialisme. 

 

"C'est également le danger de l'ouverture de la "Boîte de Pandore" comme dans d'autres régions également, particulièrement dans les Balkans, qui ont abouti à assimiler d'autres régions dont l'assimilation du Kosovo dans la dénommée "Grande Albanie" qui est liée aux annexions de territoires de pays voisins. Dans tous les cas ce sont des exemples de démembrement de la Yougoslavie qui, au nom de l'auto-détermination des peuples, a pavé le chemin à des changements de frontières.

 

"Les développements confirment la supériorité du socialisme pour le règlement des problèmes cités. Tous les changements administratifs en Crimée, depuis sa proclamation en une République autonome en 1921, dans le cadre de l'URSS, jusqu'à l'assimilation administrative à l'Ukraine en 1950, ont eu lieu sans problèmes et pacifiquement, parce que les relations socialistes de production prévalaient et en conséquence le critère des intérêts de la classe ouvrière et du peuple. 

 

"Le peuple de Crimée, le peuple ukrainien, le peuple russe ont des mémoires historiques et des expériences positives des années du socialisme, qui n'ont pas été gommées même si vingt années ont passé depuis les renversements. Les populations de Crimée gardent une mémoire intense de la lutte antifasciste du peuple soviétique, qui a écrit l'histoire du siège de Sébastopol. Le fait que dans différentes régions ils sentent l'union avec la Russie pour laquelle ils manifestent, parmi d'autres choses, les drapeaux rouges expriment une telle mémoire ou attente, malgré le fait qu'une telle attente n'est pas réalisable et basée sur la réalité actuelle du développement. Parce que la Russie d'aujourd'hui est un pays capitaliste, qui est en compétition avec les autres centres impérialistes, et que son peuple en souffre également. 

 

"L'expérience historique apprend que dans les conditions du socialisme  les peuples et les nationalités vivaient fraternellement dans l'URSS et progressaient dans la paix, alors que de nos jours le poison nationaliste qui divise se répand. Ces peuples, tous les peuples, doivent aujourd'hui suivre ce chemin."

 

(Traduit de l'anglais par la rédaction du lien)